Archives de Tag: avenir prêt public

Archipel mis à flot en médiathèque

La question de l’accès. Alors que les technologies de « l’accès aux musiques », avec le marketing de la segmentation associé aux performances du numérique, semblent optimales du point de vue des industries du divertissement, la Médiathèque ne cesse d’exprimer une opinion contraire : on est en train d’alimenter une dangereuse spirale qui banalise la musique au nom de la vitesse d’adéquation entre une envie de musique et ce qui vient combler cette envie. Le slogan type des pourvoyeurs de ce substrat musical était placardé dans le métro bruxellois en septembre 2010 et ressemble à ceci : « je veux tout de suite, là, maintenant, accéder à mes musiques préférées ». Admirez la brutalité de cet enfermement et cette manière détournée de dire avant tout, il nous importe de tuer le désir, forcément ingérable, de musique, parce que le bu rechercher est bien de gérer le plus rationnellement, donc avec le maximum de profit, ce qui vient remplacer le désir qui cherchait quelque chose du côté de la création musicale. Ce que dit la Médiathèque ? L’accès aux musiques est une question de système de connaissance, pas de tuyaux. Et, avec son projet Archipel, elle entame un nouveau système de recherche sur les musiques. Des recherches d’où découleront avec le temps des connaissances rafraîchies. (La méthode revient à procéder selon des manières de sentir et penser telles qu’étudiée par Edouard Glissant qui a théorisé l’archipélisation.) Contre la marchandisation outrée du produit musical, il faut désapprendre à entendre la musique, désapprendre l’écoute, pour reconstruire l’attention à ce peut apporter la musique dans une économie culturelle. – Désapprendre avec le plus vivant. – Pour cette opération du désapprendre, La Médiathèque propose d’opérer avec les musiques qui restent au plus près de l’émergence du vivant. Celles qui se préoccupent le moins d’entrer dans les segments et de correspondre aux fabrications des « musiques préférées » du plus grand nombre. Les musiques situées entre le classique contemporain, les cultures électroniques, les cultures rock aventureuses, la poésie sonore, le cinéma expérimental et qui correspondent grosso modo à ce que le marché laisse en paix dans les marges, les niches, les segments pour pointus et branchés. Le discours de la Médiathèque est de placer ces expressions au centre : sans les innovations qui naissent dans ces laboratoires et l’imagination des artistes singuliers, c’est la totalité du champ musical qui perdrait un de ses poumons créatifs, une de ses sources de jouvence où puisent toutes les musiques mainstream pour se renouveler, présenter de nouvelles textures, ébaucher des narrations sonores innovantes… Et ainsi, le message est clair sur la nécessité d’arrêter d’opposer des répertoires, de jouer le populaire contre le savant, tout se tient, tout est important et donner des moyens aux champs de l’expérimentation pour qu’il soit prospère et dynamique est la meilleure manière de dynamiser le marché du mainstream qui trouvera à s’y inspirer. Archipel rend compte de la vague importante de la savantisation issue des musiques dites populaires (savantisation théorisée par Alberto Velho Nogueira) en convergence avec la musique classique contemporaine. Des formes sonores (et visuelles) qui ont tiré parti des avancées des technologies et des connaissances scientifiques. Comme beaucoup des expressions artistiques modernes mais en faisant des technologies un usage créatif qui permet une critique de l’apport des technologies, au service de l’autonomie. – Revenir aux sens, aux îlots. – Archipel est une navigation dans l’histoire des musiques actuelles, par ses œuvres les plus singulières, les plus rétives au classement et aux segmentations, qui s’organise selon des îlots de sens, des îlots d’expériences pour retrouver l’usage des sens par la musique (alors que les industries culturelles usent de la musique pour ôter cette maîtrise des sens). Ces îlots s’appellent Aléas, Bruits, Corps, Silence, Micro/Macro, Recyclage, Témoins, Temps, Utopie.. Ou comment les musiques nous parlent de l’aléatoire dans la vie, du silence, du corps, du bruit, du recyclage, du besoin d’utopie, de la recherche de témoignage… Un dispositif pour renouer avec le désir de musique. Ce dispositif, dans une version exposition – un meuble de rencontre où lire et écouter des musiques via un écran tactile – a été exposé à la Bpi, du 14 septembre au 1er novembre 2010. Le 18 octobre 2010, une conférence au Centre Pompidou, avec Nicolas Donin (Ircam) et Bastien Gallet (philosophe, professeur aux Beaux-Arts de Lyon), ena présenté les principes et les mécanismes de recherche. – Un outil de connaissance, une navigation originale. – C’est d’abord un espace réel et virtuel de découvertes. Selon un design et une navigation qui invitent à avancer par la surprise. La progression proposée est indéterminée, ouverte au hasard. La configuration encourage à choisir des œuvres musicales « masquées » de manière à (re)trouver en quoi elles sont surprenantes. La procédure aléatoire, même pour un initié, devrait conduire à redécouvrir des choses connues. Le déplacement dans le programme d’exploration conduit, par les liens entre îlots, par les mots clés qui caractérisent les musiques (un mélange de termes académiques et de termes intuitifs), à tracer des trajets imprévus et personnalisés par l’intuition de chacun, entre des musiques qui n’ont peut-être jamais été écoutées successivement, qui n’ont jamais bénéficié de cet exercice de comparaison. Et c’est cet exercice de comparaison, de confrontation qui est stimulante pour l’imagination, même chez un auditeur peu averti. En circulant dans Archipel, le curieux va effectuer un montage de différents langages sonores, des extraits de textes lus, des images de pochettes de disques, des termes de classification, et c’est par ce travail de montage inattendu que des images valorisantes, pour l’auditeur et pour les artistes écoutés, vont germer et conduire à de nouvelles formes de connaissance sur les musiques actuelles. Avec Archipel, La Médiathèque dispose d’une plateforme pour s’implanter dans les économies contributives (en profiter et y apporter quelque chose). – L’apport institutionnel. – La Médiathèque peut mettre en route un projet tel qu’Archipel parce qu’elle achète des médias physiques depuis plus de 50 ans, qu’elle classe les musiques enregistrées en collections conventionnelles depuis des décennies et qu’elle a toujours, par ce travail spécifique, prêté attention aux « singuliers », aux émergences irrépressibles des musiques qu’il est impossible de classer dans les formes connues. Elle a très vite identifié que ce sont les musiques dites « difficiles » qui entretiennent le potentiel régénérant des musiques plus connues. C’est de là que né le désir de musique. Tout cela a été possible par le travail de plusieurs personnes, au fil des ans, au sein de l’organisation institutionnelle d’une association culturelle non-marchande (La Médiathèque), et notamment du travail d’Alberto Velho Nogueira. Tout ça pour dire que c’est par là que La Médiathèque a quelque chose d’institutionnel à injecter « de haut en bas » dans la circulation des savoirs et leur remise en cause par l’énergie ascendante des réseaux sociaux, de bas en haut et qui, trop souvent, court-circuite la complémentarité entre bas et haut par leur dérive. – Archipel inauguré physiquement. – En plus d’être un module d’exposition dynamique (musée virtuel et évolutif des musiques actuelles), Archipel sera bientôt un site Internet mais, aussi et surtout, c’est une collection physique (CD, DVD) entourée d’un savoir-faire de médiation dans les médiathèques. Cet aspect a été inauguré dans notre médiathèque de Bruxelles centre, le jeudi 2 décembre. Un espace de veille a été ouvert avec accès aux médias, aux écrans de consultation, à un mobilier où s’installer pour écouter, lire, regarder, dialoguer. – Bauduin Oosterlinck, shaman de l’ouïe. – Cette mise à flot d’Archipel était placée sous le signe de Bauduin Oosterlinck, un des artistes qui nous a donné envie de construire Archipel. Voici comment il organise ses sessions interactives : plusieurs tables, nappées de blanc, sont dressées. Des objets, agencés par l’artiste, y sont exposés. Ils sont hétérogènes, dans les formes, leurs origines, leurs matériaux, on dirait des rébus. Ils ont un point commun : le stéthoscope. L’artiste explique le fonctionnement de chacune de ces sculptures délicates à quelques assistants qui, à leur tout, feront la démonstration aux petits groupes de curieux qui seront dirigés vers les tables durant le vernissage. Après quelques mots d’explications, chaque visiteur est laissé seul avec ses gestes, sa quête du bruit qu’il peut générer. Ce sont ainsi des agencements de choses pour faire de la musique en circuit refermé, par le biais du stéthoscope, les doits auscultant les objets, presque sans les sentir (tout passe par l’oreille). Ainsi, écouter se confond presque avec respirer. Jouer de ces engins poétiques donne l’impression d’entendre des bribes de ses musiques intérieures (ADN sonore). S’entendre résonner, entendre résonner en soi des objets extérieurs, étrangers. S’entendre musiquer. Délicatement. Comme quand on écoute son cœur. L’aspect médical de cette organologie n’est pas fortuit, on est dans la rééducation de l’oreille, on soigne l’écoute. Avec de subtiles constructions de verre, de volumes de silence, des déplacements d’air, des ressorts, des cordes, des mécanismes oniriques pour une musique fragile, éparse. Vous êtes le seul à entendre ce que vous produisez. Ça vous appartient, vous créez en vous de l’inédit. Et ces choses si petites peuvent déclencher des expériences bouleversantes : comme la manipulation de l’ocarina et la révélation du silence. Et chacune des révélations distillées par les instruments d’Oosterlinck libère des ondes oscillantes qui poussent l’ouïe vers les rivages d’Archipel, y instille le désir d’entendre autrement la musique. (PH) – Archipel présenté sur le site de la MédiathèqueAutre texte sur B. Oosterlinck

Publicités

L’esprit médiathèque, médiathèque de l’esprit

Colloque « Médiathèques et circulation des savoirs », Bruxelles, le 20 mai 2010.

C’est au cœur d’un quartier en plein chantier et mutation (admirer tranchées, palissades, sols éventrés, décor de ville retranchée et ses jeux de grues, ébauches de nouvelles constructions, circulation de reflets dans les parois vitrées – anciennes désaffectées, nouvelles clinquantes – comme esquisses d’une perspective qui se cherche, théâtre de gestation) et dans un bâtiment historique signé Art Nouveau (par rapport à l’environnement, une audace datée, quelque chose d’intemporel, une sorte de valeur sûre), le Résidence Palace, que la Médiathèque organisait un colloque interne pour nourrir la réflexion de sa propre mutation, alimenter en énergie le moteur qui doit lui permettre de passer d’un modèle ancien vers de nouveaux avatars adaptés à son époque.  – Grande jam de neurones – La formule colloque – avec ses aspects plus académiques et rigides – avait été retenue, au détriment des modalités plus souples et à la mode des successions de tables rondes et « ateliers » parce que dans un processus où il convient de changer la culture d’entreprise, il faut pouvoir prendre du recul, consacrer une réflexion de fond aux obstacles à affronter, et surtout se donner collectivement un vocabulaire commun, partagé, acquérir ensemble de mêmes critères analytiques, des grilles d’analyse bien choisies en fonction des intérêts de l’association et de ses missions (et c’est bien la responsabilité d’une direction de proposer de pareils outils). Cela peut se faire en se livrant à des lectures croisées, communes, dont on peut  ensuite échanger les acquis, qui doivent constituer la matière de débats internes continus pour ancrer dans les pratiques quotidiennes un « appareil critique » collectif (et dans notre médiathèque, les réunions sur la Sélec jouent partiellement cet office). Ce qui, bien entendu, n’a rien à voir avec la construction d’une pensée unique. Il y a de la marge ! Il était important aussi que l’immersion dans le courant d’idées où puiser des arguments pour construire les étapes suivantes de notre projet, pour donne du corps aux documents devant justifier notre existence et notre utilité aux yeux des pouvoirs publics, soit vécue par l’ensemble de la communauté de travail, depuis le personnel au profil disons « culturel », en charge de la constitution d’un corpus théorique, celui en  charge de la médiation de terrain mais l’ensemble du personnel dit de gestion, ressources humaines, comptabilité, informatique, infographie et autres composantes fonctionnelles. L’effet « contagion » de la pertinence d’un projet ne démarre que si la dynamique interne atteint une forte cohésion à tous les étages de son réacteur humain… C’était aussi la première fois que les médiathèques, globalement étaient fermées et que l’ensemble du personnel se retrouvait dans une salle, pour ne journée, avec comme seul travail devant lui celui de réfléchir, secouer ses neurones, se consacrer à des interventions apportant des éclairages, des concepts, des formules susceptibles de faire évoluer le diagnostic sur le quotidien, et de donner des éléments pour structurer et organiser le changement (ce qui ne solutionne pas immédiatement une situation anxiogène mais peut contribuer à atténuer le stress, l’impression du « no future » que l’on colle à tout ce qui reste lié à des supports physiques, à une culture concrète. Depuis longtemps, donc, l’occasion d’une photo de famille, rien que ça, ça valait la peine, ça signifie bien aussi que, même dans une situation difficile, l’association peut se rassembler, la direction accorde beaucoup d’importance aux vecteurs de cohésion dans le personnel et pend plaisir à réunir tous les effectifs. Programme. Après un mot d’accueil bien senti du Directeur Général, soulignant bien ce plaisir de se retrouver pour réfléchir ensemble, la journée s’ouvrait par une table ronde réunissant plusieurs approches du concept de médiathèque. Quel est le Lego qui peut faire fonctionner ensemble médiathèque, bibliothèque et lieux de spectacle (salle de théâtre, salle de concerts) ? Puisqu’en Belgique l’existence d’une médiathèque unique s’est terminée dans un plan de restructuration où certaines de ses composantes ont été reprises par d’autres opérateurs culturels. Frédéric Delcor, Secrétaire Général de la Communauté française, a d’abord souligné toute l’importance qu’il accordait à tout dispositif pouvant contrebalancer le poids des autoroutes du loisir et ouvrir les curiosités vers les répertoires de la diversité culturelle et de la différence. Yves Vasseur, Intendant du Manège.Mons et Commissaire de Mons 2015 a évoqué le volontarisme du Manège dans son désir d’incorporer une médiathèque dans sa stratégie de terrain, mais a aussi, lucidement, pointé quelques difficultés pour trouver le modèle opérationnel, efficace. Il a esquissé quelques pistes en lien avec un modèle français expérimenté à Saint-Sauveur. Annick Maquestiau (directrice de la bibliothèque d’Uccle) a témoigné de la rencontre entre le métier de bibliothécaire et médiathècaire (une première en Belgique). Xavier Galaup (Directeur adjoint de la bibliothèque départementale du Haut-Rhin) et fer de lance en France de la rénovation des médiathèques, a présenté un tableau dense et structuré de la situation française, des tendances, des expériences, des réflexions. Il évoquera le succès des nouveaux équipements qui attirent un public plus hétérogène que celui des médiathèques anciennes, déplaçant et démultipliant les effets de socialisation des espaces culturels publics. Ce sont des lieux pour « séjourner », être ailleurs, autrement. Il évoquera le problème que l’on connaît bien : les animations, la médiation devraient être considérées comme « collection » à part entière. Il posera la question que l’on doit tous affronter : comment être plus fort que Google !? (Une des réponses : en travaillant entre médiathèques à l’échelle européenne sur des programmes de « contenus » : de type métadonnées complètes et originales, traversées par un point de vue d’appareil critique accompagnées de vastes programmes d’animations vivantes dans toutes les médiathèques européennes, impliquant conférenciers, musiciens… (Après cette table ronde, Yves Poliart et Pierre Hemptinne levaient un voile sur « Archipel, une organologie des musiques actuelles », projet qui illustre la stratégie suivie pou se positionner, mais nous reviendrons sur ce projet !).  – Les termes de la problématique, discours descendant et discours ascendant, question d’esprit– Si le thème du colloque était bien « médiathèque et circulation des savoirs », le programme suivait bien plusieurs étapes de ce questionnement : avec qui organiser la circulation, c’est la question de relais institutionnels. Avec Archipel, ce qui était examiné était bien : qu’avons-nous à dire, à raconter, que pouvons-nous apporter qui nous soit propre ? Et c’est bien par là qu’il faut commencer si l’on veut, à un moment ou l’autre, être quelque part, « plus fort que Google » !!  Le premier ajustement à effectuer vise les termes mêmes du problème de base. Là où le discours courant (la presse, l’opinion de surface) considère que la médiathèque est mise en danger par le téléchargement, il convient de poser un diagnostic qui embrasse mieux les forces en présence, et que l’on pourrait présenter rapidement avec cette citation de Bernard Stiegler : «D’autre part, tout en soulignant le caractère littéralement salvateur de la logique ascendante de la génération de métadonnées sur le web dit « social », je tenterai cependant de montrer qu’aucune activité de l’esprit ne peut se passer d’une logique délibérative, critique et redescendante, supposant la mise au point d’appareils critiques et de dispositifs rétentionnels. » C’est bien là que ça se joue et pas uniquement dans la mutation des supports de transmission (CD vs numérique). L’avenir des médiathèques est aussi lié à l’avenir de l’esprit, ressource première du devenir humain ! L’appareil critique, c’est ce que nous pouvons développer comme discours sur les collections et les pratiques, la question des savoirs professionnels à restituer sur la place publique, et le rétentionnel peut figurer nos collections et nos métadonnées professionnelles, la mutualisation de nos connaissances, bref ce qui peut différencier un savoir institutionnel (sans l’autorité à l’ancienne) et un savoir individuel. Dans un contexte où priment ce que tout un chacun peut placer comme « information » sur Internet, y a-t-il encore une place pour le discours délibératif des institutions, quel est-il, comment se forment des discours redescendants ? – – Connaissance des publics et attention. – Se charger de la circulation des savoirs implique de se pencher sur la connaissance des publics. Cette connaissance des publics, dans les derniers développements de la société, s’est professionnalisée et est prise en charge par des spécialistes qui se proposent de nous décharger de ce travail et de cette pensée : ce sont les agences en communication et marketing. Ils savent très bien ce que veulent le public, ils ont étudié ça à fond. Joëlle Le Marec, avec son laboratoire de recherche, étudie depuis 20 ans les pratiques des publics dans leur rencontre avec les musées (scientifiques et autres) et les bibliothèques. Elle scrute leurs attentes à l’égard des institutions et les enseignements qu’elle en tire sont pour le moins plus riches et contrastés que les clichés abondants. Et si le fonctionnement général ne nus dispensera pas de faire appel à des experts en communication et marketing, il est indispensable de nuancer et différencier notre approche de ces questions. Les publics ne se réduisent pas à ce qu’en dit le marketing et leurs besoins sous la loupe trahissent une autre position que celle qui consisterait à dire que le « salut viendra en dehors des institutions. Il y a un réel besoin de celles-ci, un attachement à leur rôle dans le social. Dans ce qui change les relations entre le public et une politique culturelle et scientifique publiques, elle épingle la saturation de l’effet agenda. Cette pression pour nous « occuper » l’esprit constamment de choses qui peuvent très bien ne pas nous concerner mais qui nécessitent néanmoins un traitement, une attention : même si je m’en fous du foot, il prend tellement de place que je dois faire un effort pour évacuer le foot de mon esprit. La question d’absence de vide, de sur-occupation et d’hyper-choix est certainement centrale dans les stratégies d’une institution préoccupée de « circulation des savoirs ». La confusion, au sein des institutions, de la communication strictement scientifique ou culturel d’une part et, d’autre part, un type de communication plus publicitaire, liée ou non à un sponsor, nécessite de la part des publics de nouvelles compétences : il doit déjà produire un effort, exercer une compétence caractéristique et significative pour trier les différentes communications qu’on lui adresse, qui cherche à s’emparer de son attention. Elle évoque ce cas d’enfants en visite à la Cité des Sciences et qui, arrêté sur un stand de sponsors camouflant sa démarche de marketing sous un semblant scientifique (histoire des télécommunications), demandaient : « quand est-ce qu’on va à la Cité des Sciences ? » ! Indice de désorientation. Indice aussi que la compétence pour identifier et trier les strates de la communication qui embrouille l’accès à un bien culturel peut se substituer à la compétence et au temps normalement consacré à réellement tirer profit du bien culturel. Dans la stratégie communicationnelle d’une institution, il y a là beaucoup d’enseignements pour développer une éthique du recours à ces techniques devenues incontournables pour « atteindre les publics » ! Ces travaux académiques doivent aussi nous inspirer quant à la cible de nos projets : les institutions doivent viser les apprentissages de lecture et d’acquisition des biens culturels, décanter la saturation, proposer des comportements critiques pour échapper à l’effet agenda, offrir des lieux où l’attention peut se libérer et retrouver sa liberté délibérative.– Pratique de lecture et attention. – Alain Giffard est un spécialiste de ce que le numérique introduit comme changement dans les pratiques de lecture et l’on peut dire qu’il étudie ça de près et depuis longtemps (il est un des premiers à avoir fait procéder à la numérisation d’un livre dans le cadre d’un projet de « postes de lecture assistée » à la Bibliothèque National, il est le concepteur des « espaces numériques »). Après avoir rappelé que la pratique de la lecture « classique » reflue tant quantitativement que qualitativement, il développe minutieusement le procédé de la lecture dite industrielle en rappelant la confusion qui s’installe entre les différentes étapes de la lecture. Par exemple, dans les centres numériques, on croit apprendre la lecture numérique quand on enseigne la navigation. Or, tous les actes en quoi consiste la navigation correspondant aux opérations de prélecture, après il faut encore lire. Ainsi, on croit que naviguer en « lisant » une série d’information, c’est lire. De même que l’on peut croire que « copier/coller » c’est écrire !. Le passage d’une lecture de scrutation à une lecture soutenue, de la lecture d’information à une lecture d’étude, celle qui en Occident  associe lecture et réflexion, ce passage vers la lecture comme technique de soi, soit un exercice culturel de la lecture, c’est ce passage est de plus en plus court-circuité. Au profit de la captation de l’attention vers autre chose. La lecture industrielle et tous ses dispositifs numériques de « prélecture » sert à détourner l’attention de la lecture d’étude au profit de la lecture d’autres messages, d’autres occupations dans lesquelles la publicité et le marketing (de même que l’effet agenda) occupent une large place. (C’est probablement dans cette dynamique négative que se joue la difficulté, pour les institutions culturelles publiques, d’assumer encore un rôle prescripteur désintéressé en faveur de pratiques culturelles d’étude, de technique de soi). Au passage, il proposera une approche des questions de violence  l’école où l’on a une génération à qui, un certain discours public déclare « vous êtes en phase avec l’ère numérique, c’est votre époque, c’est très bien, vous la comprenez mieux que nous, vous êtes des meilleurs « lecteurs numériques » que nous, vous êtes l’avenir », et puis qui se trouve face à l’obligation de faire l’apprentissage d’une lecture classique, d’étude et face à cette exigence des verdicts graves de déconsidération : « vous ne savez pas lire ». Les parallèles entre ce qui passe au niveau des processus de lecture industrielle de l’écrit et les pratiques de l’écoute industrielle des musiques devraient être posés « scientifiquement ». Malheureusement, peu de chercheurs s’intéressent à l’écoute des musiques. Mais la convergence, à nous observateurs privilégiés des pratiques d’écoute, est évidente. Là aussi il apparaît que la vraie question est celle de l’attention. Le travail de médiation doit intégrer ce paramètre comme fondamental : penser des dispositifs, des agencements de lectures différenciées, au service d’une attention bénéfique au développement de pratiques culturelles qualitatives (plus riches en satisfactions personnelles, plus rentables sur le terrain des techniques de soi). – La clôture festive – Une bonne partie du personnel se retrouvait ensuite au Music Village, près de la Grand-Place, pour un peu de détente. Groupes de musique impliquant des médiathécaires ou DJ… (PH) – Note de lecture sur une livre de Joëlle Le Marec –  Le blog « académique » de J. Le Marec et son blog « Indiscipline » – Un texte sur la lecture industriel, blog d’Alain Giffard

Tintin et le rapport Zelnik

Trop de Tintin pourrait tuer Milou. Si un vaste débat sur l’identité nationale, modèle Besson, était organisé en Belgique, il conduirait à décréter un examen obligatoire annuel pour vérifier notre niveau de connaissance et de maîtrise de la langue Tintin. (Je tiens à rassurer, je suis bon belge, je les ai lus tous en son temps, et raconté plusieurs fois à voix haute aux enfants, je les ai à la maison – voir photo plus bas.) Au-delà de la qualité indéniable de cette œuvre BD et de la personnalité intéressante d’Hergé, on en fait quand même un peu trop avec le « petit reporter », sa houppe, son clebs, son « propre sur lui » asexué (maladif, névrotique, repoussant) ! Une sorte de Roi Baudouin agité de l’aventure moderne ! La société commerciale Moulinsart est puissante, manifestement. Dans Le Soir du 6 janvier, presque un quart de page en une, et une page complète dans le cahier culture titrée « Le courageux destin de « Tintin » ». De quoi s’agit-il ? En 1931, un gamin de 14 ans est habillé en sosie du héros d’Hergé, retour du Congo. Un événement publicitaire, déjà. Il se fait que cet adolescent sera résistant pendant la guerre, déporté, évadé, décoré e Angleterre, on perd sa trace en Afrique du Sud. Moulinsart décide de payer pour que l’on écrive sa biographie et le journal ouvre largement, généreusement, ses colonnes. Incroyable. Allez, un entrefilet, ça pouvait être sympa, juste pour les mordus. Il faut dire qu’il y a peu, une nouvelle attaque en règle a été conduite contre « Tintin au Congo ». Voilà une belle campagne de diversion pour redorer le blason du héros national ! Et la presse collabore. Alors que, dans la crise actuelle qu’elle traverse, ses éditorialistes vedettes ne ratent pas une occasion de rappeler son importance civique ! Le Soir a atteint le sommet du mauvais goût avec un numéro collector confié à Franco Dragone et son dessinateur attitré (Renard), sous prétexte que voici un artiste audacieux, généreux, véritable chef d’entreprise, défenseur de l’unité du pays. En fait une belle promotion pour son dernier spectacle. Rapport Zelnik. La mesure phare du rapport Zelnik est de taxer les recettes publicitaires de Google pour financer la promotion de l’offre de téléchargement légale, « soutenir la filière musicale ». En soi, il y a quelque chose de juste, et l’on ne peut pas donner tort à la rhétorique de Laurent Joffrin (Libération) : « Dès lors le rapport Zelnik est dans le vrai quand il cherche le moyen de rééquilibrer une situation qui mènera sans cela à l’anémie et au formatage des contenus. » Sauf qu’au stade actuel on connaît l’offre de téléchargement légal – ce qu’elle propose, comment elle fonctionne. Et, dans ce que la presse relaie du rapport Zelnik, on ne voit pas en quoi une intensification des opérateurs légaux va lutter contre le formatage des contenus, ni en quoi, sur le fond, le piratage contribue plus à ce formatage. Si l’offre de téléchargement légal est renforcée dans sa logique actuelle (catalogue, marketing), on ne peut qu’accélérer le formatage des contenus. Si le problème c’est bien ce formatage des contenus, les mesures à prendre sont de nature toute autre : elles se situent sur le terrain de la politique culturelle de fond et à long terme, elles touchent à une transformation du modèle industriel. Elles doivent se consacrer à l’éducation, aux filières de médiation culturelle non-marchandes, aux réseaux de lieux musicaux à risques, elles doivent déboucher sur de nouveaux schémas de curiosités musicales, des désirs d’écouter autre chose et autrement. Taxer les revenus publicitaires, oui, mais pour financer aussi des salles comme les Instants Chavirés, ou le Centre Culturel de Nancy-Vandoeuvres à qui, au contraire, on rabote les moyens. Chaque fois que l’on rogne sur les moyens de lieux musicaux de ce type, on formate les contenus, les désirs de contenus culturels, et les offres de téléchargement légal (celles qui ont les moyens de fonctionner, d’être attractives) tirent judicieusement parti de ce pré-formatage indispensable à leur développement (basé sur de la vente rapide). L’autre manière serait d’investir dans la lecture publique musicale et audiovisuelle : les médiathèques, des plateformes d’informations et d’éducation mutualisant les savoir-faire et les connaissances des médiathécaires de toute l’Europe. Une plate-forme de téléchargement légal qui proposerait le même catalogue que les gros opérateurs actuels, même dans un autre esprit, ne pourra s’imposer. Or une bonne partie de ce catalogue, commercial, est celui qui attire les recettes directes ou indirectes (publicitaires, annonceurs). Construire une offre légale de type non-marchand, est tout à fait possible, en transposant la notion de médiathèque et de prêt public dans l’environnement numérique. Avec des moyens conséquents et avec les connaissances et les réseaux d’amateurs sensibles au sort des médiathèques, il y a de quoi inventer, créer de nouveaux services de conseils, d’envie, de désirs nouveaux de musiques. Pas lisses comme les best of des titres les plus téléchargés (légalement), pas lisse comme Tintin, non, au secours. Avatar et le cinéma d’auteur. Sur le ton de ce que j’ai déjà craché sur ce blog, une chronique de Franck Nouchi dans Le Monde : « Sauver les salles art et essai ». Page 26, à côté de la météo et des jeux, juste avant la page nécrologique, quelque chose comme 5000 signes. Alors que le succès d’Avatar (milliards de recettes) ravit la presse qui crie au miracle, au sauveur du cinéma ( !?), Franck Nouchi s’attache à l’exemple concret d’un cinéma art et essai, parisien, en train de crever la gueule ouverte, pour attirer l’attention que 3D ou pas, la vraie relation au cinéma est niée, disparaît. On retrouve le formatage des contenus et des goûts. Mais cette mort des vrais cinémas, de la vraie relation d’expérience du grand écran, il faut y consacrer au moins autant de place que celle financée par les promoteurs d’Avatar si l’on entend, en tant qu’organe de presse au « rôle civique évident » (Laurent Joffrin), prendre position contre le formatage des biens culturels ! Ce formatage – évident au niveau des goûts musicaux tels que les montrent les best of – se construit dans une prédominance de quelques références qui se ressemblent et dont tout le champ de commentaires se fonde sur les arguments du même, identiques, répétitions des arguments de vente, des slogans, etc. Face aux Tintin et Zelnik, discordons. – Le discours musical le plus évident, le plus présent, est unifié, monotone (même si l’on « descend » de temps en temps un CD, un artiste, il faut bien des victimes), sans discordance, basé sur les mêmes valeurs (simplement, ces valeurs peuvent être interprétées différemment d’un « critique » à l’autre. Le Monde des livres, à propos d’un ouvrage de Jan Assman, « La mémoire culturelle. Ecriture, souvenir et imaginaire politique dans les civilisations antiques », vient à juste titre, rappeler l’importance du travail de commentaire discordant (revoici la multiplicité). L’auteur compare l’écriture égyptienne qui a été figée, embaumée et scellée, et qui est morte, aux systèmes juif et Grec qui se sont développés grâce au travail continuel d’interprétation des textes fondateurs. Jusqu’à engendrer, par exemple pour la culture grecque, « d’innombrables livres qui se contredisent » quant à la manière de comprendre les textes originaux. « Or c’est bien de cette polyphonie discordante que naît une pratique fondamentale aux yeux d’Assmann : l’hypolepse. Sur un corpus de textes stabilisés (chaque lecteur a sous les yeux le même texte d’Homère, de Platon ou d’Euripide), chacun introduit le doute que lui inspire sa propre recherche de la vérité. Les textes contradictoires invitent en quelque sorte à la joute, à l’agôn, notion centrale dans l’hellénisme : on entre dans une culture du conflit, une « intertextualité agonistique » pour reprendre une expression d’Heinrich von Staden. En ce sens, le discours « hypoleptique » consiste à repartir de ce qu’ont dit les prédécesseurs afin d’approcher la vérité, avec la conscience de l’impossibilité de pouvoir jamais y parvenir. » Un peu d’intelligence, un peu de lumière. (PH) – Photo ci-dessous : « cette maison et cette famille sont bien belges, certificat ».

Les contradictions de Frédéric Mitterrand

Le Monde relaie un billet de l’AFP concernant une déclaration du Ministre de la Culture français sur France2 : selon M. Frédéric Mitterrand, la numérisation du patrimoine (musique, livre, œuvre d’art) doit être gérée par l’Etat et non par une société privée comme Google. « Il ne faut pas que le contenu tombe dans des mains privées ! » Belle déclaration, félicitation, mais monsieur le ministre n’a-t-il pas l’impression de prendre le train de la numérisation en marche ? Pour le livre, certes, certaines bibliothèques refusent de fonctionner avec Google, ce qui n’empêche cette entreprise privée d’avoir déjà numérisé un beau patrimoine de livres. Quant à la musique, comment, aujourd’hui, l’Etat va-t-il réguler, empêcher que la numérisation soit principalement aux mains des privés ?!? Enfin, s’il a l’intention de doubler le privé en constituant le plus grand patrimoine musical numérisé aux mains de l’Etat, la Médiathèque de la Communauté française de Belgique sera son partenaire dévoué ! Cette association peut mettre à sa disposition un des plus importants patrimoines musicaux enregistrés assortis d’une base de données exemplaire. Dans la foulée, il peut combattre pour modifier la directive européenne portant sur la transposition de la notion de prêt public dans l’environnement numérique. Ce serait cohérent, ça structurerait en bien public le marché numérique actuellement instrumentalisé sauvagement. Mais que valent ces belles déclarations du ministre ? Avec quel argent va-t-il financer un plan pour que l’Etat puisse réguler le marché de la numérisation culturelle ? Quel budget, quels moyens pour que les « contenus ne tombent dans des mains privées » ? Peut-on se contenter qu’un ministre en reste aux belles paroles ? Surtout quand on sait ce qui se passe du côté des Musées où la grève continue, en réaction aux restrictions budgétaires, au plan de réduction du personnel. Quel culot, d’évoquer, pour la beauté de la position, la préférence ministérielle pour des solutions coûteuses, irréalistes, tout en étant inflexible, incapable de conduire une négociation et d’avoir une vision courageuse et à long terme pour les musées ! Sur la question de la grève dans les Musées, il faut dire que l’étroitesse syndicaliste est, une fois de plus, criante. Les extraits d’interventions des représentants des organisations dans les articles, même s’ils sont justes quelque part, révèlent une approche caricaturale, inadaptée surtout à l’ampleur de la problématique culturelle. (Mais, du temps où j’étais syndicaliste, j’ai pu mesurer combien les appareils syndicaux n’ont aucune pensée du culturel. Le syndicalisme de la culture n’existe pas.) Le syndicat réagit au cas par cas, alors que, sur cette question fondamentale, levier pour faire bouger un nouveau projet industriel, le travail en amont devrait conduire à une stratégie d’attaque, d’initiative, et non de défense. Dans Le Monde, par contre, les déclarations du directeur du Centre Pompidou , Alain Seban, sont sidérantes : il stigmatise la diminution des moyens et l’exigence de l’Etat d’augmenter les recettes propres, ce qui conduit à « une course éperdue à la recherche d’argent privé ». (Et voilà, Monsieur le Ministre, des contenus aux mains des privés !) Alain Seban évoque un temps où les expositions événementielles rendaient possibles des expositions plus audacieuses, expérimentales, c’est de moins en moins envisageable : tout projet, tout dossier doit répondre à la question « quel potentiel d’entrées ? ». Voilà, les mentalités gestionnaires qui, de l’intérieur, font glisser les contenus dans les mains privées… La réplique syndicale est fragile, dérisoire. Et pourtant ! La difficulté de défendre le secteur culturel est qu’il est morcelé, que le syndicat n’a pas pu faire émerger une unité, une cohérence de secteur ni, surtout, une vision européenne. La culture est la matière, le secteur de travail par excellence à traiter selon une dimension européenne. Il y a dans ce secteur, des opérateurs fragiles qui n’ont aucun poids, d’autres qui représentent quand même pas mal de fric. Une médiathèque qui fait grève, surtout actuellement, n’aura pas beaucoup d’impact ! Par contre, tous les opérateurs, les faibles comme les puissants, bénéficient du travail des uns et des autres : les « effets » d’une médiathèque, pour le dire vite, contribuent à rendre curieux des publics pour des spectacles, des films, des concerts … La rivalité qui consiste à manœuvrer pour attirer à soi la plus grande part possible des subventions est aussi ce qui mine le secteur culturel. Alors, imaginons que par solidarité, parce que ce dont souffrent les musées français se généralise ou va se généraliser, tous les grands musées européens ferment. Mais aussi les bibliothèques, les médiathèques, les théâtres, les opéras… Pas seulement avec des revendications de maintien de statut et de cadres, mais aussi un projet, des revendications pour avoir les moyens de faire plus et mieux, à grande échelle ? Un projet pour que, réellement, vraiment, les Etats ne puissent laisser les « contenus tomber dans des mains privées »… !!?? (PH)

Vecteurs musicaux, reconstruction sociale

Ignatz, fête de la musique, Médiathèque de Charleroi, juin 09.

mediathequeÀ contre courant de l’esprit « fête de la musique » qui consiste à répandre des moments festifs dans la ville, sur podiums officiels ou improvisés, à cultiver le lien social par le biais de musiques extraverties, c’est à une plongée dans une musique fragile, intimiste, pleine d’ombres (esthétiques, temporelles) que conviait la Médiathèque de Charleroi. Pas le genre de truc qui va fort, que l’on écoute en trinquant et en parlant fort, quelques minutes avant de passer à une autre scène. Avec Ignatz, il faut se poser, s’asseoir, écouter attentivement, se concentrer, prendre le temps. Même si elle ne rechigne pas à provoquer les précipitations soniques, c’est une musique lente. Hypnotique, se déroulant dans des variations blues. Un blues basique, pulsation primale, originelle, déconstruite analytiquement, et reconstruite en flux sonores, en trames de synthèses, thématiques, collages d’éléments blues articulés comme des frises. Syntaxe, grammaire, le musicien déterritorialise un héritage blues puis le reterritorialise dans son imaginaire, selon une syntaxe qui lui est personnelle. Et tout ça passe par le réseau de fils et d’organes électriques étalés au sol, filtres, transformations, découpages, mutations, reproductions. Système nerveux extérieur du musicien. Un subtil travail de boucles qui défilent comme des films, des images abstraites sur lesquelles le musicien superpose sa narration guitaristique. Elle-même sinueuse, procédant par boucles, tournant sur elle-même. Une étrange course-poursuite au ralenti, sans fin. Dans le vide. Beaucoup d’ornementations électroniques évoquent des atmosphères anciennes, dégagent une dimension nostalgique embrumée, illuminée, avec des connotations orientalisantes. Spiritualité au spectre large. Toujours au bord de la distorsion, du manque, ces longues transes conservent une rudesse sombre, malgré leur élégance. Et quand plié en deux sur sa guitare inactive, Ignatz se concentre sur les boutons de ses appareils, c’est un véritable petit film d’animation sonore qui s’ébauche, échevelé, dans une ville globale en ébullition, tourmentée, sur le point d’exploser et s’effondrer, d’éclater en millions de fragments de verre sous les ultrasons du conflit entre micro-structures hyper modernes et ultra-archaïques. Scène sans aboutissement. Le tout est joué sans démonstration scénique, de manière très ascétique, assis par terre, posture d’un musicien juste de passage. Recueillement, chapelle improvisée… J’apprécie aussi que cette prestation live vienne considérablement altérer la perception que j’avais de cette musique, à l’audition des CD ou de séquences filmées sur Youtube. C’est un travail qui change, les coups de crayons dessinent sans cesse de nouveaux traits, nouvelles actions, intrigues sonores. ( Texte sur Ignatz de Philippe DelvosalleChronique d’un CD d’IgnatzIgnatz vidéoDiscographie en prêt public – ) Concerts en médiathèque, enjeux. Reste que, si ce concert en médiathèque n’est pas un échec – des usagers passent, manifestent leur intérêt – c’est loin d’être un succès. Dans le repositionnement des médiathèques, réussir à rassembler du monde autour de musiciens à découvrir, autour de différences musicales à comprendre et qu’il convient de soigner ensemble, de protéger pour qu’elles continuent à enrichir la société, sera de plus en plus primordial. Aux responsables des médiathèques de réussir à faire sentir l’importance de cet enjeu, aux usagers des médiathèques, aussi, de réaliser que leur intérêt de curieux de musiques passent par le soutien physique – la présence militante – aux initiatives de rencontres que doivent prendre de plus en plus les médiathèques. Il ne suffira plus d’emprunter des médias physiques pour justifier la présence de lieux dits de « lecture publique », ou de signer des pétitions pour réclamer leur maintien. Il faut les faire évoluer, leur donner une nouvelle âme, cette âme consistant à développer un esprit d’attention aux arts enregistrés (musiques, cinéma, littératures…) qui manque de plus en plus dans l’espace public. Ce qui ne se réalise qu’en investissant du temps dans une autre manière de fréquenter les espaces « médiathèque » ou « bibliothèque ». Le chemin est encore long. Bistro et terrils. La Fête de la Musique à Charleroi était aussi l’occasion de réentendre Les Terrils dans un vrai vieux beau bistrot de la Ville Basse, « La Quille ». (Rue de Marcinelle, face au nouveau lieu culturel à suivre, le Vecteur). Un cadre tout à fait adéquat pour ce genre de musique (Lire autre article sur Les Terrils en concert), belle prestation énergique. Dans la rue elle-même, sur le podium principal, Quentin Hanon présentait son mélange d’électro-techno et de guitar hero. Luxuriant, un rien emphatique, en complet décalage (mais ça c’est bien) avec l’abandon économique flagrant du lieu. Magasins fermés, façades tristounettes, devantures lugubres: et l’on peut méditer longuement sur le triste état dans lequel le politique a laissé sombrer une ville, dans le renouveau qui peut survenir par la manière dont des citoyens investissent des intentions culturelles »…  Par l’exagération, l’inflation de moyens, de démonstrations virtuoses, de mélanges référentiels, ce genre de musique manifeste surtout, je pense, la difficulté de trouver des issues, des lignes nouvelles, des styles personnels. Je n’avais jamais écouté Quentin Hanon, et en même temps, malgré la bonne qualité de l’ensemble (bonne tenue, belle recherche, sans doute faiblesse d côté de l’idée?), je n’éprouve aucune grande surprise, ça me fait penser à plusieurs autres choses entendues. Particulièrement, ça m’évoque  certains albums anciens de Buckethead (ce guitariste, un moment produit par Zorn, qui jouait avec une sorte de seau sur la tête !) et qui me faisait déjà cet effet: à la fois une sensation d’entendre du neuf, une énergie inhabituelle, des processus non conventionnels, des techniques à rebrousse-poils et, en même temps, cette impression paradoxale d’entendre des portes ouvertes enfoncées une fois de plus, théâtralement… (PH)

ignatzignatz2ignatz3ignatz4ignatz5ignatz6terrilsterrils2terrils4terrils5terrils6terrils3vecteursvecteurs2vecteurs3vecteurs4

Une belle rencontre d’amateurs

rdv

Débat en médiathèque. Les chiffres baissent, la fréquentation flageole, les médias s’évanouissent dans la dématérialisation, vont-ils emporter le prêt public dans le gouffre de l’hypermatérialisation et laisser triompher l’analphabétisation des industries culturelles !!!? Il y a de quoi, en constatant les flux de curiosités fléchir dans les espaces culturels de prêt, avoir le moral en berne. Et puis, voici des responsables de médiathèque qui organisent une rencontre avec des « usagers ». Pour dialoguer. Exposer avec le moins de langue de bois possible la situation de la Médiathèque, ses difficultés, leur contexte, les pistes de travail, les ambitions, l’espoir à moyen et long terme d’une mutation réussie. Mutation qui n’ira pas sans, aussi, déplaire aux habitudes de pas mal d’usagers. Parce que, durant un temps, la Médiathèque à l’ancienne va continuer, et continue à rencontrer les attentes de beaucoup d’habitués qui poursuivent leur mode de consommation culturelle comme avant, tout en allant vers d’autres propositions, un autre esprit, un autre modèle d’économie financière et spirituelle qui ne reposera plus sur la circulation de médias physiques… Et voilà que l’on se retrouve devant 13 personnes, de profils divers, âges et centres d’intérêts, mais toutes attentives. Toutes soucieuses de l’avenir de cette association de prêt public qu’ils fréquentent, pour certains, depuis 40 ou 30 ans, ou depuis seulement quelques années. Mais pour toutes les personnes présentes, il se joue là, dans l’avenir de La médiathèque quelque chose de très important, qui importe pour elles, à titre individuel, certes, mais aussi et surtout qui importe dans l’image qu’elles se font d’un futur positif et constructif de la société, du vivre ensemble. La qualité de cette attention, qui émerge de façon beaucoup plus forte, de sourdre ainsi d’un rassemblement éphémère de personnes qui ne se connaissent pas au départ, mais qui se rassemblent bien dans ce souci partagé d’un devenir culturel de qualité, cette qualité est ni plus ni moins galvanisante !! Un des participants, du reste, rappellera que l’atout des médiathèques doit être et rester le contact humain, soit l’échange direct, immédiat, humain, de savoir faire culturel, d’informations, de conseils. Oui, ça doit rester la base, pour laquelle il faut argumenter encore et toujours, il faut insister, pour qu’en éclate l’évidence auprès du politique et des personnes responsables du développement des infrastructures culturelles dans la cité. Le contact humain a été la base du succès de la médiathèque et, pour le dire, vite, ça s’est un peu dilué dans l’ampleur de ce succès. Il faut recapitaliser sur cette valeur, sur le terrain bien sûr, mais néanmoins avec de nouvelles pratiques à inventer, mais aussi en tirant le meilleur parti des outils communautaires d’Internet. (Des réalisations sont déjà en cours, la création de blogs de« médiathècaires , mais aussi un outil de communautarisation des membres de la Médiathèque un lieu de rencontres virtuel et de mise en partage de leurs passions, soit Mediavores que la plupart des usagers impliqués, présents ce vendredi, ne connaissaient pas !) Diversité des questions, un même souci. Et donc, il y avait là, l’usager hyper familier, qui semble connaître la médiathèque de l’intérieur aussi bien que nous et qui nous stimule à trouver le bon équilibre entre « découverte » et « média demandés ». Il y a des questions très précises sur la politique d’achat : pourquoi autant d’exemplaires de certains tubes et d’autres peu représentés ou difficiles à trouver. Ce qui permet de clarifier nos mécanismes de choix, les outils par lesquels nous exerçons notre politique d’achat. Il y a une demande de complément d’informations sur le plan social et l’avenir de certains centres bruxellois transférés ou fermés. Là aussi, on sent l’intérêt dans le bon sens du terme pour l’avenir de l’association, ce sérieux « de petits actionnaires » qui veulent savoir où l’on va. Et c’est un plaisir, sans média interposé, de pouvoir s’expliquer sur cette politique. Il y a l’institutrice soucieuse de voir la Médiathèque se connecter au milieu scolaire. L’occasion de présenter les projets de notre récent service éducatif, exposer le dossier déposé à la commission Culture et Enseignement. Il y a le fan d’Elvis Presley qui explique que notre discographie de Presley est pleine de scorie mais qu’il nous manque une série d’originaux : magnifique occasion de rappeler que la médiathèque ne peut rebondir qu’en captant l’implication des cercles d’amateurs, en fédérant le savoir-faire des amateurs qui peuvent donner ne nouvelle vie à une Médiathèque. Celle-ci pouvant, en retour, amplifier l’influence constructive de ces cercles d’amateurs sur les pratiques culturelles dans la société. En clair, eh bien, ce monsieur peut nous aider à parfaire notre discographie d’Elvis Presley. Avis à d’autres amateurs ! Bien entendu, la question tarifaire qui a été soulevée, avec des positions contrastées, même les plus jeunes ne considérant pas forcément que nos prix soient trop élevés. Mais nous réfléchissons à une autre logique de tarifs, nouveau modèle économique oblige. Il y a l’usager soucieux de trouver des documents audiovisuels peu disponibles dans le commerce et qui semble ne pas toujours trouver son bonheur. Ce sera l’occasion de lui donner des pistes, de lui présenter des outils de recherche dont il n’avait peut-être pas encore la maîtrise… Il y a l’étudiant en musicologie qui souhaiterait bien travailler chez nous, soit y faire un stage, et qui s’interroge d’autre part sur notre offre de téléchargement, sur notre interface informatique peu concurrentielle avec le genre Itunes… Il aura reçu de bonnes nouvelles puisque qu’il aurait des chances de réaliser un stage chez nous et qu’il aura appris que nous travaillons bien à l’amélioration de la navigation sur notre site incluant de nouveaux services offerts par notre base de données. Mais, il faut bien comprendre que la masse d’informations que nous devons rendre fluide sur notre site est plus importante et plus complexe que ce qui se trouve sur Itunes, et que les objectifs de notre dispositif informationnel sont plus diversifiés (et donc complexes) que ceux d’Itunes (vendre uniquement). Il était aussi réjouissant d’entendre par un « jeune » que les propositions de découvertes sur un site comme Itunes (leur fameux algorithme) sont vite épuisées, épuisantes, tournent en rond, air vicié. La parade, ça reste la Médiathèque, si elle bouge (mais déjà, notre site communautaire, Mediavores, élargit le principe de suggestions gérées informatiquement par affinités supposées). Enfin, difficile de résumer et de citer tout ce qui a nourri cette conversation de deux heures, à bâtons rompus, passionnante et passionnée, je retiens surtout qu’elle donne du sens à nos efforts, que ça motive de rencontrer ainsi « les gens » !! La jauge de 13, 15 personnes est idéale pour ce type de conversation, il faut certainement les multiplier… (PH)  Découvrir notre site communautaire MediavoresDécouvrir le blog du personnel du P44 – 

rdv44

Crise de médiathèque, vue par Michel Gheude.

Sur son blog, Mr. Michel Gheude exprime son opinion sur la crise actuelle que traverse la Médiathèque de la Communauté française (mais, ce qui ne transparaît pas dans son article, l’ensemble des médiathèques et des services de prêt public, littératures et musiques confondues). Il épingle d’une part, une orientation dépassée selon lui, c’est à dire, pour le dire vite, l’option « éducation permanente » et d’autre part un aveuglement devant les réelles causes du problème: les tarifs pratiqués par la Médiathèque. Face à la dynamique des cultures jeunes, basée de tout temps sur la propagation virale, (l’échange gratuit en cours de récré trouve son épanouissement, voire sa transcendance, dans le peer to peer numérique), s’accrocher au principe d’une culture payante reviendrait à s’opposer au mouvement de la jeunesse. Il n’y a pas que du faux dans cette réflexion, mais elle me semble emprunter quelques raccourcis. D’abord la notion d’éducation permanente n’est pas condamnée à un schéma vertical, hiérarchique, condescendant. Elle peut aussi évoluer, modifier ses dispositifs, et trouver à enrichir collégialement les relations horizontales (j’imagine que quiconque participe à ces échanges a bien, d’une manière ou d’une autre, conscience ou envie de les enrichir, ou faut-il enterrer toute idée de « progrès » collectif?). Que je sache, l’échange de conseils entre pairs n’est pas lettre morte, et celui qui bénéficie d’une information différente, autre, peut la mettre à disposition, l’injecter dans les pratiques d’échanges horizontales, les rendre disponibles. C’est aussi une certaine vision d’un rôle éducatif que tout un chacun peut jouer y compris les personnes collectives, « institutionnelles ». D’autre part la vision « tout vient de la jeunesse, elle n’a pas besoin d’autre énergie que la sienne pour propager la force de ses cultures » pourrait, pour le coup, être taxé de jeunisme forcené (mais ce serait, à l’égard de Mr. Gheude, exercer le même simplisme que je déplore dans son approche)! Pour une association culturelle, ce serait une posture irresponsable. La propagation de la culture punk dans les années 70 ne s’est pas faite sur le seul côté dérangeant de cette culture. Les médias ont aidé qui n’étaient pas tous tenus par des adolescents. Globalement, les jeunes bénéficient d’un niveau de culture qui leur ouvre pas mal de portes et qui leur vient d’une démocratisation de l’accès à la culture par l’éducation. Les technologies de propagation virale utilisées par les cultures jeunes (mais pas qu’elles) ne sont pas industrialisées par des adolescents et les réseaux qui les font fonctionner ne sont pas gérés par des associations philanthropiques de jeunes. Et bien entendu, le marketing n’existe pas et n’a aucun impact, aucune incidence idéologique. Aucune de ces données brièvement citées pour évoquer la complexité de ces questions ne donne une raison de « s’opposer » à l’air du temps, encore moins à aller contre les cultures jeunes. Mais des responsables culturels doivent en tenir compte pour composer et adapter leurs missions avec cet air du temps. De même qu’au moment de prendre position sur ces réseaux d’échanges gratuits, la responsabilité culturelle publique impose d’examiner certains faits de façon professionnelle: qu’est-ce qui s’échange, quel est l’impact sur la visibilité de la diversité culturelle sur la place publique, quels sont les artistes qui s’en portent bien, quels sont ceux qui en souffrent, pourquoi cette « répartition » et cette différence, ça concerne quels types d’expressions, etc etc…

La politique tarifaire actuelle de la Médiathèque ne signifie pas une opposition idéologique au gratuit. Mais bien une impossibilité budgétaire de proposer une gratuité à l’instant! Il ne faut pas rigoler! Il y a encore 3 millions de prêts dans l’équilibre budgétaire! Et avancer que c’est le coût de l’emprunt qui fait péricliter le prêt physique est bien audacieux! Si les majors avaient vendus le CD moins cher, cela aurait-il empêché la « dématérialisation » (ou hyper-matérialisation) des supports? J’y ai cru, rétrospectivement je suis plus sceptique. D’autre part, la gratuité jeune ne vient pas du ciel! Oui, il y a forcément une réflexion sur les modèles économiques. Quel sera le modèle qui va émerger!? Bien malin qui pourrait le dire à l’heure actuelle. On peut très bien imaginer que les activités de type éducatives (mise à dispositions de contenus culturels de nature à participer à la dynamique d’échanges horizontaux entre pairs, jeunes ou vieux, nouveau modèle d’éducation permanente), dans la nouvelle stratégie Internet qu’ébauche la Médiathèque, génèrent un jour suffisamment de recettes publicitaires pour pratiquer la gratuité dans cet environnement Internet et, dans la foulée, au niveau des centres de prêt. De toute façon, dans la position de la direction, rien n’est figé, elle participe au débat qui traverse les médiathèques au niveau européen, l’important est d’évoluer dans le respect de ses missions qui sont loin d’être dépassées (heureusement car ce sont elles qui confèrent la légitimité d’une existence sociale) en les adaptant au contexte, aux nouvelles pratiques, aux attentes, aux faiblesses de l’offre qu’une politique culturelle publique se doit d’équilibrer pour maintenir une relative justice entre artistes. Ca ne se fait pas en un jour. 

Pierre Hemptinne