Tadashi Kawamata, « Tree Huts »

Tadashi Kawamata, « Tree Huts », Galerie Kamel Mennour, 15 mai – 14 juin

Galerie K. Memmour

Au premier coup d’œil, c’est amusant, ça semble anecdotique. De bric et de broc, des cabanes de bois accrochées en hauteur, comme des nids d’hirondelles, des cabanes de gosses dans les arbres. Puis à un moment ou l’autre le regard reste pris dans une de ces cabanes, ne redescend plus, essaie de comprendre « c’est quoi la vie dans ces réduits précaires suspendus ». Un étrange lien alors s’établit entre le sentiment d’invincibilité qu’enfant, nous pouvons ressentir dans nos cabanes et celui d’extrême vulnérabilité que nous éprouverions, adultes, à devoir vivre maintenant dans ce genre d’abris de fortunes. Comme un seul et même sentiment. Ce qui était rassurant, enfant, était la sensation de prendre les choses en mains, d’expérimenter par soi même la fragilité de l’habitation de soi, de son lieu. Mais c’était déjà des exercices pour s’habituer à la précarité fondamentale de toute expérience.www.kamelmennour.fr

Cabane de Kawamata (2)

 

Publicités

Une réponse à “Tadashi Kawamata, « Tree Huts »

  1. Pingback: Des passerelles entre-mondes « Comment c’est !?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s