Baudouin, roi des sons

Baudouin Oosterlynck, « 1975-1978 », Metaphon.

 C’est un coffret de 4 CD. C’est une boîte magique, on l’ouvre et son contenu est inépuisable. J’y plonge, j’écoute, je lis les notes, avec ravissement, à chaque pas c’est comme si quelque chose de nouveau se faisait entendre alors que, paradoxalement, la musique repose sur une sorte de litanie spirituelle, répétitive mais mise en abîme. De l’émerveillement est tapi dans la durée. Sentir que cette durée résulte d’une volonté de se consacrer, concentré, totalement à une recherche musicale, provoque un étrange ravissement. Comme une technique de vivre, un chapelet qui égrène le temp.

L’instrument référentiel est le piano (ou parties de piano) préparé. Une sorte d’autel à triturer, placé dans un garage comme un établi de bricolage, et régulièrement, assidûment, Baudouin Ossterlynck vient y faire ses dévotions, ses bricolages, ses recherches. Les notes écrites par le musicien sur son expérience sonore sont remarquables. J’en ai rarement lu de semblables, s’agissant d’expliciter la nature d’une expérience musicale singulière. La manière dont il relate ses relations au son, au silence, à l’instrument, aux notes, au clavier, aux espèces de pensées qui préparent la musique en amont, eten libèrent l’énergie et en préparent le formatage, a quelque chose de mystique sauf que la description des processus et dispositifs est attachée aux faits, aux gestes, aux circonstances concrètes, pratiques. Une sorte de mystique musicale démystifiée… Mais à travers ses expérimentations, Baudouin Oosterlinck est en communication avec des forces, des esprits, des dimensions autres, et il cherche à renouer avec ses premières grandes émotions musicales : « J’ai communié tant de fois à l’esprit et au cœur de W.A. Mozart, Schubert, Chopin, J-S Bach, Bela Bartok, Debussy, Cage. Je me souviens de longues heures que je passais à écouter face aux haut-parleurs pour m’enivrer au maximum de leur merveilleux. » Et l’espèce d’exercice incantatoire rugueux, rudimentaire dans le sens où il cherche à ne malaxer que des sons élémentaires, primaires (comme on parle de couleurs primaires), recrée bien les conditions d’une extase, oubliée, première.

Quand je parle de bricolage, c’est dans l’aspect extérieur de la démarche. Il démontre une grande connaissance technique, théorique de la musique, et une maîtrise certaine des technologies sonores. Un autre élément important dans ces compositions est l’enregistrement de voix de personnes handicapées, retravaillées. Notamment pour un formidable « Oratorio » de 7 minutes. Les traces de l’éducation religieuse resurgissent sous forme de fausses incantations latines dans « In memorian collegii ». « Le matériau sonore accentue le côté rasoir des heures passées à la chapelle du collège. Mais attention, cette œuvre a des accents très religieux notamment dans les parties des notes pincées tocsin). » D’autres pièces sont des conversations, d’étranges histoires comme spontanées, relatant le quotidien d’une expérience à la fois ordinaire et complètement fantastique. Sondant le réel, des éléments normaux d’une réflexion sur la musique et l’imaginaire et en même temps cherchant à en saisir l’essence, la particule élémentaire, par un biais surréaliste. Et c’est dit avec une simplicité confondante. Lumineuse. Ainsi de « La gloire » qui expose des projets de pièces musicales, de relations aux publics qui s’incluent dans la pièce de musique, de mécanisme conduisant à la reconnaissance. Ou bien « Première conversation paranoïaque » entre Magritte et Léonard de Vinci, à propos de Joseph Buys et Jésus Christ. Un sens fabuleux de la narration. Entre rire et vérité. Dans « Hier soir », on touche à quelque chose de bouleversant concernant ce qui se noue entre le piano et lui. On y entend des choses ainsi : « On utilise trop les sons. On les viole de leur silence. Une corde aime se taire… Il y a des jours où j’aimerais être un instrument que l’on ne fait plus résonner». Baudouin Oosterlinck est aussi un réputé explorateur de silence, presque un pionnier. Il a entendu et enregistré des silences que personne avant lui n’avait répertoriés. Comme tout le monde sait, sans silence pas de musique. On touche bien dans ce coffret (CD + notes) à quelque chose de fondamental. En explorant sa science exceptionnel du silence et des sons, Baudouin Oosterlynck est devenu aussi un grand sage de l’installation sonore.

 

Flamands/Wallon:

Extrait d’une note de 1978, savoureuse dans le contexte communautaire actuel:

« L’aspect S présent dans ma musique serait dû au francophone en moi: nuancé, caméléon, serpent, doux…

L’aspect Z présent dans ma musique aussi serait dû au flamand (germanique) en moi: cassant, intransigeant, efficace, tranché.

Certaines pièces sont réalisées en deux fois. Un auditeur me demanda après l’audition des bandes quel aspect venait en second pour savoir quelle culture corrigeait l’autre chez moi. Je crois que c’est aussi souvent l’un que l’autre. »

– Il faut souligner que l’on doit l’édition de ce coffret rare (500 exemplaires) à un nouveau label belge : Metaphon. Courageux, bien inspiré.

– Infos sur Baudouin Oosterlinck : www.baudouinoosterlynck.be

 

Publicités

2 réponses à “Baudouin, roi des sons

  1. « quand on parle du loup »…
    à savoir la structure METAPHON…
    je reçois ce mail moins d’une demi-heure après avoir lu ton billet…

    – – – –

    2 UPCOMING METAPHON EVENTS FOR SEPTEMBER

    ……………….more info on http://www.metaphon.be………….

    LIMPE FUCHS
    Pure and unique freeform improvisation veteran performing on homemade instruments.

    DAS SYNTHETISCHE MISCHGEWEBE
    Spacialised tape music and visual acoustic/concrete sound objects/ installations.

    Tuesday 9 September 2008
    Boondael Kapel/Chapelle de Boondael
    Oude Linden Square 10/Square du Vieux-Tilleul 10
    1030 Brussels
    Doors: 20.00h, entrance: 6 euro

    ………………………

    RICHARD PINHAS + band (Antoine Paganotti of Magma, Jerôme Schmidt)
    Influential and innovative guitar based electronic, experimental rock from France.
    First ever concert in Belgium of this ex-Heldon legend.

    CATALOGUE (Gilbert Artman of Lard Free/Urban Sax, Jacques Berrocal, Jean-François Pauvros)
    Unclassifiable and unbeatable dadaist rock ‘n roll/free no wave.
    2nd exclusive re-union concert since 10+ years.

    Friday 12 September 2008
    Recyclart
    Rue des Ursulines 10, Ursulinenstraat 10
    1000 Brussels
    Doors: 20.00h, entrance: 10 euro

  2. Pingback: Archipel mis à flot en médiathèque | Comment c’est !?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s