A côté de nos pompes

« Garage », Lenny Abrahamson, 2007

C’est un film calme, doux amer, dans les marges, qui déroule sa petite histoire morose sans jamais donner l’impression de flirter avec la tragédie, d’être une histoire de vie et de mort. Sous des dehors très basiques, petit train train quotidien d’un pompiste idiot, la narration tisse des choses très complexes, de cette complexité qui, l’air de rien, compose le réel et forme parfois d’étranges nœuds coulants. Une question de cul-de-sac économique dans une petite bourgade irlandaise, le décor d’un garage d’un autre âge, obsolète et un garagiste, Josie, le « simple » du village. Il s’évertue à relancer l’activité de ses pompes, de façon chimérique, pathétique. Métaphore de l’homme complètement dépassé par les nouvelles lois économiques, les nouveaux marchés. Largué. Même pas, sur une autre planète, désuète. On croirait voir des images d’un autre temps, elles sont actuelles. Dans la vie de tous les jours il y a ainsi des subsistances pathétiques de l’ancienne économie, des lopins oubliés bientôt engloutis. En véritable « simple d’esprit », il ne sait, du reste, penser qu’à rien, il n’y a rien dans sa tête. Et donc, à priori, ce qu’on nous montre est le quotidien terne, minable, d’un pauvre (pas un rond, juste de quoi manger et picoler dans un logis sommaire) et simplet (aucune occupation intellectuelle). On ne sait pas vraiment s’il est placé là en sursis, futur sacrifié ou s’il fait l’objet d’une sorte de protection (sinécure de garage juste pour occuper le débile du coin). Le réalisateur le dépeint progressivement comme compensant sa déficience par une âme sensible, développant des pensées et une compréhension de la vie par d’autres voies que celles de l’intellect. La relation à un cheval et plus largement à la nature, forêt, rivière, contemplation du ciel, du lac. Il insiste aussi sur, finalement, l’utilité sociale d’un «retardé » au sein d’une communauté. Confident, petit boulot, dispensateur de gentillesse, souffre douleur..). Mais le genre d’utilité liée à une conception ancienne du village, conception bientôt dépassée aussi avec la nouvelle vie, les nouvelles constructions. Quand on lui confie un jeune apprenti, il va développer des affinités avec cette jeunesse déboussolée, qui se rassemble la nuit pour flirter avec le sexe et le coma éthylique. Mais affectivement, et au niveau du fonctionnement de son cerveau, la lenteur et le retard le font appartenir à un temps dépassé. Ce qui accentue sa solitude, lui fera transgresser les codes de la communauté, et le conduira à disparaître. Le film, ceci dit, reste dans une certaine fraîcheur, grise certes, avec le destin tragique, mais en même temps comme auréolé de la sagesse décalée que laissent les simples sur leur passage. Une sorte de sainteté.

 – Réalisateur d’un premier film considéré comme important, « Adam & Paul » (Léonard = Lenny), pas distribué en salle, accessible en DVD à la Médiathèque.


 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s