Archives de Tag: service public

Provocation communautaire et autres confusions



Flamands et wallons au cinéma. – Le début de semaine, dans la presse (et ailleurs), était marqué par les répercussions des déclarations fracassantes (inadmissibles, c’est un fait) faites par une personnalité flamande à un quotidien allemand. Provocations politiques et communautaires. Lundi 13/12, Le Soir rendait compte d’une soirée organisée sur la RTBF, le samedi précédent : « Les Belges font leur cinéma ». Il est bien stipulé qu’il s’agit d’une initiative de la Communauté française qui « veut faire aimer son cinéma au belge francophone », il n’empêche que l’on parle surtout, simplement, de ce qu’est le cinéma Belge, à quoi s’ajoute les résultats d’une enquête sur les films et les acteurs préférés des Belges. Comme si le cinéma Belge n’était que francophone. J’imagine que la télévision flamande organise sans doute le même genre d’émission avec le même genre de discours. Ce qui signifierait que, pour chacune des communautés, le cinéma belge représentatif est avant tout le sien. Ne faudrait-il pas éviter de renforcer ces clivages culturels et que, pour chaque sujet de ce genre, tendant à mettre en avant une réelle « belgitude », on choisisse de faire se rencontrer les créations et les goûts de chaque communauté ? Est-il décent d’attribuer une belgitude aux ressortissants d’une seule partie du pays alors que cette caractéristique est sans doute constitutive des deux héritages ? Le cinéma belge n’est pas que francophone, même chose pour la musique, la littérature, etc. – Autres confusions institutionnelles. – En investissant dans la publicité pour soigner leur image, les institutions instaurent souvent des décalages entre leur message et la réalité de leurs services vécus par les citoyens. Une manière de souligner la schizophrénie d’organisations qui se calquent de plus en plus sur des principes de rentabilités du privé tout en se vendant en exploitant, grâce au marketing, les anciennes valeurs du service public. C’est par exemple la poste qui prétendra être de plus en plus au service de chaque citoyen, proche de chaque foyer alors qu’elle n’a cessé de démanteler son réseau de postes. En passant devant la poste de Charleroi (ville basse), j’étais hier « amusé » par la grande image qui décore sa façade : la poste, là derrière ? On dirait plutôt un vaste centre de bien-être accessible à tous.Même chose quand la Stib vantait sa nouvelles carte et les  possibilités de recharger son Navigo sans faire la file. Les photos de mannequins figurant les usagers pratiquant ces nouvelles manières de consommer le transport commun pouvaient donner l’impression que se mettait en place un nouveau type d’appareillage public orgasmique. – Distributeur de bonbons tous égaux. – J’ai découvert aussi récemment la nouvelle campagne de la SNCB : « Tous différents, c’est plus marrant ». L’image est celle d’un distributeur de bonbons de toutes les couleurs bien serrés dans leur bocal. La suite du message : « jeunes, vieux, noirs, blancs, beurs, homos, hétéros… ». Est-ce pour promouvoir le caractère accueillant des gares comme lieu de tolérance ? Alors que depuis dix ans, tous les aménagements entrepris (au nom de l’amélioration du service, toujours dire le contraire de ce que l’on fait), vont dans le sens de décourager qui que ce soit, et de manière effectivement égalitaire (jeunes, vieux, noirs, blancs, beurs…), de rester dans la gare. Je ne connais aucune gare où il est agréable d’attendre. Et pourtant, avec l’industrialisation de l’incidence technique, du défaut de personnel, les gares sont plus que jamais des lieux d’attente et de perte de temps. Je me souviens d’une époque où l’on pouvait rester assis au chaud et au calme dans les gares. J’y ai passé des fins de nuit blanche. C’est désormais impossible. Elles ont été rendues froides et surtout parcourues de courants d’air. Plus aucun siège confortable. Récemment, la gare de Mons a fixé sur ses banquettes des barres métalliques pour éviter que les quelques SDF qui venaient s’y reposer au matin ne s’y répandent trop. Est-il bienvenu qu’une institution/entreprise qui soigne si mal sa clientèle, au point de faire peser sur les utilisateurs, le sentiment d’être méprisé, bafoué, vienne nous chanter vertueusement les bienfaits de la tolérance ? C’est du même ordre qu’une campagne précédente de la STIB pour inciter chaque usager au civisme et au respect de l’autre, tout en en imputant à l’incivisme supposé, a responsabilité des retards et autres irrégularités!! Belle manière de tirer son épingle du jeu ! L’image de la publicité donne bien l’idée de la manière dont les transports en commun traitent leurs navetteurs : tous mélangés, certes, compressés même, sans pouvoir bouger le petit doigt, dans un bocal qui ne bouge pas beaucoup, en attente d’un mouvement automatique qui permettra aux uns et aux autres de s’extirper, de respirer un peu ! (PH)

 

Publicités

Copier c’est apprendre. Une mascotte pour La Sélec.

AudioIntroduction. Je voulais initialement, dans cette rubrique « le qui le pourquoi », traiter de front la question du modèle « médiathèque » comme accès privilégié aux musiques : suffit-il de déclarer, dans l’excitation ambiguë procurée par les dites nouvelles technologies, comme certains l’ont fait compulsivement que ce modèle est dépassé pour qu’il en soit ainsi ? Que se jouait-il dans la fréquentation d’une médiathèque : un accès technique, logistique à des médias physiques ou la possibilité d’accéder à un dispositif de prise de connaissance sur les musiques et le cinéma, soit un service public proposant une discipline désignée la « pratique du prêt » selon la forme extérieure qu’elle revêt, cette discipline consistant à « se cultiver » ? Voilà, alors partant de mon expérience personnelle, celle d’une longue expérience d’usager de la Médiathèque, avant d’en devenir un employé, puis un cadre, je me propose dans cette rubrique une réflexion sur ce que pouvait représenter le « modèle médiathèque » à l’époque du microsillon, puis à ses heures de gloire, et d’examiner ce qu’il en est aujourd’hui de ces éléments qui justifiaient pleinement, socialement, l’existence de cette médiathèque. J’ai raconté dans l’article précédent (« fenêtre sur le monde ») l’importance comme site d’ouverture culturelle sur le monde, palliant une pauvreté d’information. La copie. Je me pencherai cette fois sur l’importance de la copie dans un processus d’acquisition de connaissances culturelles. Puisque la modification des procédés de copie et de transmission de copies est pointée comme une des causes qui rendrait obsolète les missions du prêt public de médias physiques. Le débat est très ancien, ce sont les contextes qui ont évolué, mais il y a toujours eu des intérêts opposés au fait que la Médiathèque puisse encourager la copie. Il a toujours été opposé à cette vision que la copie privée à usage personnel était tout à fait légitime. Argument non sans fragilité : l’usage personnel a des frontières parfois floues. Néanmoins, il m’a toujours semblé qu’il y avait là quelque chose d’indispensable à défendre. Les techniques de copie, de multiplication des documents, sont des technologies de mémoire. Quand je copie, que je stocke sur un support technique une musique, un film, c’est pour en soutenir ma mémoire, en soutenir les traces que j’en conserve mentalement par la possibilité de recourir facilement à une réécoute (etc.), c’est pour y revenir dans un but de mieux connaître ce contenu, de mieux connaître en quoi il m’intéresse (= se cultiver). En tenant compte que l’ampleur de ces documents est tellement étendue qu’il est impossible de tout acheter en « version originale » (mais c’est d’emblée un marché de la copie) et que, de plus, le marché ne rend pas tout disponible. L’exercice de la copie privée, dans un but de mieux connaître les musiques, est indispensable parce qu’elle empêche que les technologies de la mémorisation soient totalement liées aux lois du marché. Cela permet que les supports techniques de mémoire de plus en plus sophistiqués puissent encourager des pratiques de connaissances personnelles et individualisantes, selon une logique non-marchande où la copie « privée » devrait être rentabilisée à l’égal des autres copies « légales », ce que sont les microsillons et les CD et les DVD sur un marché de la copie, mais comme une copie moins chère, de seconde classe. La K7.  Quand j’ai découvert la Médiathèque à Namur, dans les années 70, et que je me suis retrouvé affolé par la quantité et la diversité de musiques à écouter pour appréhender un peu ce qu’était la planète musicale, j’ai donc entrepris frénétiquement, boulimiquement, à emprunter tout systématiquement, dans l’ordre. Et à écouter, seul ou avec des copains. (Les musiques qui émergeaient ainsi, par la bande, dans notre quotidien, étaient parfois si surprenantes, qu’un club d’écoute s’était constitué à l’Athénée. Ce qui nous « décapait » ou nous jetait dans les controverses était très diversifié : ça pouvait être Léo Ferré avec le groupe Zoo, les premiers Slades, un album solo de Steve Lacy… Mais tout ça venait de la Médiathèque : chacun apportait les disques sur lesquels il s’extasiait ou crachait, mais tout venait de la médiathèque, ou avait été acheté après une première écoute rendue possible par le prêt public. Une association de type « lecture publique » initiait un club d’écoute et de discussion sur les musiques, une organisation sociale d’apprentissage, de formation de connaissance, de savoir-faire lié à l’écoute.) Mais il ne suffisait pas d’écouter à la chaîne, ni d’en parler au fur et à mesure en cour de récréation. Il fallait fixer. D’abord comme garder un témoin fixé, physique, de ce que je faisais entrer dans ma mémoire de son. Je faisais donc un usage effréné de la vieille K7 audio. Je peux même préciser, étant donné qu’il y a prescription, que pour assouvir mon besoin de copier (garder une trace de tout ce que j’écoutais, quand je n’allais pas acheter le disque), je me suis fait délinquant culturel, n’hésitant pas à voler des boîtes et des boîtes de K7. J’en ai accumulé plusieurs centaines. C’est ça qui me fournissait un support pour « retenir » quelque chose de la masse importante et chaotique de tout ce qui se déversait dans ma tête. C’est cette pratique qui me donnait un fil pour ordonner. C’est en enregistrant que se développait une autre attention : je n’étais plus attentif uniquement aux sons, à ce qu’ils provoquaient comme émotions, comme réflexions, comme imaginaire, mais je devais décider d’un classement. Au fur et à mesure, j’organisais le rangement par affinités, par ressemblances, je faisais des groupes, des associations en fonction de mes perceptions. Quand j’en venais à introduire une nouvelle K7, dans un groupe déterminé, j’étais enclin à réécouter, au moins en partie, ce qui se trouvait à droite et à gauche sur la rangée. C’est aussi cette collection en devenir qui permettait de partager, de faire écouter, de faire circuler les découvertes, de donner envie à d’autres d’aller écouter autre chose, au-delà. Plusieurs années plus tard, ce trésor de K7 a été récupéré par une radio libre (où j’effectuais une partie de mon service civil) qui en a usé les bandes dans ses émissions. Même si c’est délicat, parce que derrière les questions de droit il y a aussi les questions de subsistance des artistes, il faut maintenir comme essentiel le principe de cette économie de la copie privée. Elle joue un rôle important pour faire circuler une information sur les musiques, une curiosité pour la créativité, pour soutenir le désir de la rencontre avec ce qu’il y a de surprenant dans les musiques. Sur le long terme, le maintien de cette économie de la copie est bénéfique pour les artistes. J’ai, de plus, toujours observé autour de moi que ceux qui copiaient au même rythme que moi, après leurs passages en médiathèque, étaient ceux que je retrouvais le plus souvent en train d’acheter chez les disquaires (ce qui a été plus ou moins prouvé par des enquêtes). Il faudrait donc accepter cette part « non-rentable » financièrement du marché de la musique, mais qui contribue à en faire un marché de la connaissance et du désir culturel. Copie et service public. Cette part de la copie, convenons qu’elle doit aussi se limiter à une part raisonnable. C’est une fonction qui  devrait essentiellement être confiée, émaner de dispositif de type service public. Ce qui renforcerait le caractère social de cette pratique de la copie. Le rôle des services publics, nous rappelle Robert Castel, est « d’assurer la prépondérance de l’intérêt général sur les intérêts privés ». Fréquenter les services publics, en être usager régulier, renforce leur rôle dans les dynamiques de cohésion sociale, l’usage des services publics développe ce que l’on appelle l’interdépendance sociale. « La valeur d’un bien social ne se réduit pas au profit commercial qu’il est possible d’en tirer, et seule la puissance publique peut être le garant de l’intérêt général. » La dérégularisation des services publics, au nom de la concurrence et d’un meilleur rendement, « sur le même mode que l’on met en concurrence les marchandises ». L’accès aux musiques et au cinéma via un dispositif de prêt public, stimule des pratiques privées d’acquisition de connaissances, encourage les profils d’amateurs qui vont réinjecter d’une manière ou d’une autre leurs passions, leurs plaisirs de la découverte dans le bien commun, dans la circulation des désirs d’apprendre, des curiosités. Décréter que les « nouveaux accès aux musiques » rendent obsolètes les services de prêts de médias physiques, c’est précisément décider de détricoter un service public au niveau des modes d’accès aux contenus culturels, et de jouer l’accès aux biens culturels comme on le fait de n’importe quelle marchandise. C’est se laisser entraîner sur une marchandisation croissante de l’accès aux musiques et cinémas enregistrés. L’accès à la culture par l’organisation de services publics permet à la culture, aux biens symboliques qui la constitue, de contribuer à la cohésion sociale. Ce qui ne se vérifie pas du côté des industries culturelles et leur manière de tirer profit de certains biens culturels (la cohésion sociale n’est pas l’objectif de ces industries). Au-delà des copies, le contact humain. En manipulant mes K7 –avec la part de bricolage que cela incluait pour différencier les étiquettes, l’emballage- petit à petit, je prenais possession de certains repères. Je n’avais plus simplement écouté plusieurs dizaines de disques de jazz, j’avais aussi passé du temps à les mettre en relation, à les comparer. Même chose pour la musique classique : ça prend du temps de copier sur K7 un opéra de Wagner, des quatuors à cordes de Shostakovich, différentes versions de ceux de Beethoven (avec des faces de 30 ou 45 minutes, il faut rester tout près, écouter, être prêt à retourner la petite galette), et quand on a passé ainsi du temps à écouter, à assimiler, il y a une autre possibilité d’échange humain. Ce n’est qu’à force d’écouter et d’enregistrer, de « classer dans mon système mental archaïque », que je trouvais de quoi, ici ou là, dire sur ce que j’écoutais. Ça me permettait aussi de mieux comprendre, à l’occasion, tel ou tel conseil, telle ou telle suggestion. Bref, le dialogue avec les médiathécaires devenait plus ouvert, plus enrichissant. Il y avait là, pour moi, un collectif de passionnés d’écouteurs, payés pour ça et qui devait avoir élaboré des méthodes, structuré leur approche des répertoires, dont j’avais beaucoup à apprendre. (Ce sera pour le prochain chapitre de cette rubrique.) – Une mascotte. Je suis donc ravis de me retrouver aujourd’hui, de l’intérieur, avec un artiste (Harrisson) qui crée pour La Sélec une image qui a le culot de rappeler que « copier c’est apprendre ». Il ne faut pas légiférer pour organiser le marché, légal ou non de la copie, mais légiférer pour favoriser un marché de la connaissance. Quitte à inventer des rémunérations pour les artistes qui ne soient pas liées au régime de la copie. Cette mascotte qui, en outre, totalement open source, associe le Corbeau et le Renard dans une rengaine radieuse : arrêtons de nous laisser mener par les fables et leur logique immuable, cessons d’opposer les contraires, original et parasite profitent l’un à l’autre, cherchons des solutions de progrès, vers la connaissance partagée (qui nécessite de nouvelles missions de service publics) Le Renard associé au Corbeau dans sa quête de nouvelles musiques et films, très smart, porte un badge « créer c’est copié », c’est aussi se construire, se découvrir, s’individuer. On se crée à partir de ce que créent les autres, on se bricole ainsi, c’est un grand jeu d’influences, de citations, de copiés collés qu’il serait suicidaire de vouloir briser. Le site auquel la mascotte de La Sélec fait référence est un bel exemple : comment, à partir de parties de textes empruntés dans différentes œuvres (et il faut en avoir bien pris connaissance pour y puiser), recomposer son propre texte, sa propre version, alimenter son moi (une réalisation à prendre comme métaphore du butinage indispensable, de la pollinisation culturelle). (PH)

audio2audio3audio4audio5mascottemascotte2

SNCB en retard indéterminé

Aujourd’hui, 17h29, Gare Centrale, Bruxelles, le train pour Charleroi a été supprimé pour « problème technique à l’automotrice », exactement comme hier, même quai, même heure, même annonce micro! »Les voyageurs peuvent prendre place dans le train de 17h42″. Ce sont les heures d’affluence, on sait ce que cela donne, deux fournées dans le même train, et on les plaint, les navetteurs carolos! Tous les matins, descendant du train, je traverse la Gare Centrale et tous les soirs j’y reste un peu plus longtemps dans l’attente du convoi de retour. Cela suffit pour entendre tous les jours au moins une fois l’annonce d’un train supprimé ou « au retard indéterminé » (ou « au mieux » un retard de plus de 25 minutes) en raison de problèmes techniques. Sur le matériel roulant ou la signalisation ou  les caténers ou l’un ou l’autre passage à niveaux (mais c’est plus rare). Tous les jours. Et tous les jours, les indications « rouges » sur les panneaux d’affichage, se voient de loin. Cela est loin de correspondre aux réalités que les médias restituent lorsqu’il y a un gros problème et qui sera présenté comme l’exception et c’est très éloigné des statistiques que publie l’entreprise. Pourtant, c’est la réalité. Et pour en rendre compte il ne faut pas se contenter des chiffres ni se limiter à l’événementiel qui est chargé d’informations ponctuelles. Il faut se plonger dans le quotidien des navetteurs. Cette réalité dénote un mauvais état flagrant de l’ensemble de l’infrastructure. Et les millions annoncés pour rénover ou acheter du nouveau matériel représentent un chiffre important: encore faut-il vérifier s’il est suffisant pour rattraper un retard structurel important, tellement important qu’il en devient indéterminé. Vu la quantité de citoyens qui s’engouffrent et recourent à ces infrastructures, on peut considérer que ces infrastructures sont méprisantes. Elles distillent le mépris néo-libéral qui préside depuis un certain temps au développement et à la gestion de ces entreprises en principe d’esprit public. Il faudrait aussi mesurer, au quotidien, dans le vécu de ces foules d’usagers contraints (on ne navette pas par plaisir), ce que représentent comme masse de vexations, de frustrations, de douleurs, cette accumulation de retards répétés, de changements de voies à la dernière minute, de trains supprimés qui obligent à vivre cette expérience de wagons à bestiaux tout en foutant en l’air l’organisation de votre journée de travail ou empiète sur votre temps de récupération en soirée… C’est un générateur conséquent de rancoeurs, de rancunes. Et même si aucune violence directe ne peut être justifiée, même si le personnel ne peut pas être directement tenu responsable des désagréments, dans les problèmes d’agressivité et de violence qui éclatent entre contrôleurs et certains passagers, n’y a-t-il pas une part significative de ces dérapages qui sont dus au système de mépris auquel sont soumis la plupart des usagers? L’évolution du discours aussi, qui pousse à utiliser les transports en communs, avec des publicités qui en vantent les avantages (avec des arguments de bien être), avec des réalités économiques qui conduisent de plus en plus de personnes à en faire le choix, pour tomber finalement dans un fonctionnement régulièrement dégradé et dégradant, donne aussi l’impression de subir une violence sociale significative. Sur toutes les questions du vivre ensemble, les logiques de profit qui colonisent les ex services publics ont des effets catastrophiques. Et les responsables qui vantent l’usage des transports publics y sont rarement au quotidien. Ils ne savent pas ce dont ils parlent. Ca aussi est un ressort de la violence symbolique que l’on subit au gré des retards indéterminés qui, sur la carrière d’un navetteur, finiront par représenter des gouffres temporels angoissants. Des cauchemars! (PH)

La fenêtre sur le monde en trompe-l’œil. (À propos de télévision publique)

Les responsables de programmes de France télévisions ont publié dans Libération un texte de sensibilisation à l’avenir de leur service public : « Télé publique, attention fragile ! ». Dans un contexte français où, sous prétexte de « rénover » les modes de financement (suppression de la pub sur les chaînes publiques), on peut craindre un affaiblissement de la télévision non-commerciale. Le texte rappelle les missions de la télé publique, affirme sa différence, sensibilise à son rôle important dans l’ouverture culturelle… Il est impossible de leur répondre de façon cynique qu’il n’y a plus de différence entre télé publique et télé privée. Parce que, en ayant le nez dessus  -d’autant plus en étant dedans- et en relativisant selon le contexte général, bien entendu que des différences subsistent. Néanmoins, un examen qui serait conduit avec rigueur, en traitant de façon professionnelle certains axes forts cités comme les priorités de la télé publique, conduirait à nier l’existence de différences consistantes. Et, en travaillant dans le secteur culturel non-marchand (public), on sait et l’on sent depuis des années que l’information grand public (télévision, radio) « n’est plus de notre côté », ne facilite pas la mise en place d’un contexte d’informations culturelles qui faciliterait le travail de médiation sur le terrain. C’est, autant que la numérisation, un élément déterminant dans ce qui fragilise médiathèque et bibliothèque. « En étant dedans », bien entendu, il est clair que l’on se sent toujours l’alternative au privé. C’est lié à la nécessité aussi à « croire en sa spécificité », c’est un système de défense bien humain. Mais c’est rester sourd aux conséquences de la course à l’audience. « Répondre aux demandes du public » est devenu le mot d’ordre, du privé comme du public. Les modèles de marketing se ressemblent, tirant le niveau vers le bas. Quand les responsables déclarent œuvrer à « maintenir un équilibre pour écarter la double tentation de l’élitisme et du populisme », il s’agit de langue de bois et de pauvre cache sexe. Les Cahiers du Cinéma soulignaient la lenteur avec laquelle certains films, pourtant passés à Cannes, arrivent en salles. Et ne parlons pas des films qui n’arrivent jamais en salle. La télévision publique ne pallie absolument pas à cette frilosité des industries culturelles. Si vous suivez un peu l’actualité du cinéma, vous le savez. De ce fait, elle ne construit pas une information grand public, médiation télévisuelle, vers la diversité culturelle du cinéma, elle ne joue plus le rôle de découvreuse, elle ne défend pas la création dans la durée. Il est erroné de le défendre. Nous pouvons affirmer la même chose pour la musique. C’est peut-être parce que la télé publique ne joue plus ces rôles avec assez d’audace et de radicalité bien sentie qu’elle se trouve si fragilisée par les intentions du Président de la république. Enfin, nous avons évidemment besoin d’une télé publique forte, audacieuse, mais aussi de cinémas, de salles de concerts, de bibliothèques et médiathèques travaillant aussi dans la même direction, pour construire une réelle médiation ludique et ambitieuse sur l’ensemble de la diversité culturelle, à destination du public le plus large. À défaut, on ne fait qu’encourager l’antinomie confuse élitisme/populisme au profit du populisme. Qu’on le veuille ou non.