La boutique des passions

Fil narratif inspiré de : une boutique-cabinet de curiosité – Dolores Prato, Bas la place y’a personne, Verdier 2018….

Il reste en arrêt devant une boule transparente, dans la devanture, une bulle bien ronde, juste posée, mais prête à s’envoler, comme si elle fut de savon, toute remplie d’une graine de pissenlit, énorme, déployée, aérienne. Boule à neige à émulsion figée. Cela lui évoque instantanément tellement d’heures vagabondes, en plein air, dans les champs et les chemins forestiers écartés, à rêvasser en fumant la pipe, en bouquinant des poèmes et se plongeant dans les formes de la nature, à travers la fumée ou relevant la tête du livre de poche. Maintes fois, il s’extasia sur la dérive des graines neigeuses, jamais prévisible, toujours venue de nulle part, rien ne le faisait plus planer. Et, plus spécifiquement, cette graine idéale, idéelle, presque spirituelle, symbole du savoir « semé à tout vent », qu’il aimait souffler pour la disperser dans les airs, lui évoque brutalement, ainsi enclose, figée, tout ce qui circulait entre eux deuxet ensemençait leurs imaginaires réciproques, naturellement, vases communicants non conscients de ce qui s’écoulait de l’un vers l’autre mais se rendant compte un jour, au détour d’un mot, d’un trait de crayon, d’un commentaire, d’un frisson, d’une fécondité commune aux racines lointaines, inexpliquées. Combien d’heures, en effet, combien d’énergie consacrée à croire, coûte que coûte, que les idées s’envolent, circulent, migrent, vont ensemencer d’autres êtres au loin. Il est fasciné par cette semence, enfermée, mais préservée éternellement, épanouie, accomplie dans un temps arrêté et qui, libérée de la sphère transparente, pourrait reprendre son vol, intacte. Dans la boule, un vol perpétuel, transi, condensé, graine qui parade. Il a le vif désir de la posséder, l’acheter, certain que la contenir entre les mains, la caresser, la regarder, en fera jaillir d’innombrables autres souvenirs et impressions de voyages dans les sphères visibles et invisibles. De ce point brillant, son regard s’éloigne, rayonne, inventorie ce que laisse voir la vitrine. D’autres graines, des boîtes de lépidoptères étalés, colorés, des porcelaines sans âge, fines, zen ou baroques, des crânes d’animaux, des trophées de chasse, des oiseaux empaillés, des coléoptères dans de l’ambre, des roses des sables, de petits squelettes d’animaux marins, fragiles, alignés et qui lui évoquent immédiatement une suite d’instants amoureux délicats, rares, à manier avec précaution. Squelettes qui ressemblent à des bijoux antiques et réveillent au creux des paumes la sensation que ce qu’il caressait était excessivement fragile aussi, évanescent, provisoire. Et puis, plus loin, embusqués sur des étagères, multipliés par des miroirs, des coraux de toutes sortes, des fragments de poupées en cire ou biscuit, des bouquets de chardons et immortelles, des Gorgones sublimes, éventail des mers, des coquillages rares, des nautiles, des fossiles, des agates, des minerais insolites, des gravures anciennes et modernes distillant dans cet ensemble époustouflant des imaginaires d’âges très différents mais partageant le même goût pour les matières et univers mélangés, les anomalies et les hybrides fantastiques, les ombres suggestives, les mariages entre organismes d’ordres jusqu’ici séparés.

En plongeant dans la sphère déployée de la semence, en intégrant cette dérive onirique, ultra légère, immobile et sans frontière, il épouse un agréable brouillard, il se dissout dans une brume protectrice, vapeur de Léthé. « On rencontrait aussi la plante qui faisait une fleur couleur brouillard, d’une rondeur parfaite, elle-même brouillard. Une sphère couleur brouillard formée de plusieurs minuscules fleurs incolores, pleine d’air. Au toucher on ne ressentait qu’un moelleux inconsistant, mais la toucher c’était la détruire. Et si l’on soufflait dessus, ces petites fleurs volaient loin bien plus légères que l’air. Une fleur qui s’effaçait d’un souffle comme les rêves. Il ne restait en main qu’une tige creuse et un noyau plutôt répugnant qui faisait penser au piquet du miroir aux alouette ; si on brisait cette tige il en sortait un lait collant. On l’appelait « dent-de-lion », ce souffle de fleur. » (p.616)

Il ne se souvient plus d’avoir eu aussi envie d’entrer dans une boutique et il sonne pour qu’on lui ouvre, amusé d’un dispositif qui évoque les clubs privés, les boîtes de nuits, les bijoutiers de luxe, les banques, les bordels, les maisons de passe. Dès qu’il s’immerge dans les trois dimensions de cet inattendu cabinet de curiosité, il ne sait plus où donner de la tête. Pas tellement que chaque objet découvert dans la mise en scène raffinée l’émerveille en tant que tel, représentant anonyme, neutre, d’une espèce plus large. Mais parce qu’il sent que chaque objet, au contraire, est singulier, segment d’une narration spécifique, loin d’être fixée et morte, toujours en train de se tisser. Entre tout ce qui est exposé là, quelque chose se trame. Et qu’un objet soit vendu, disparaisse de l’ensemble constitué, il sera remplacé par un autre fragment narratif se greffant dans le tout, et le bout narratif emporté par un ou une cliente, ira prendre racine ailleurs, colonisera d’autres intérieurs. Cette impression est celle qui l’enchantait, enfant, quand il restait planté devant la vitrine de souvenirs de son grand-père comme devant un théâtre perpétuel. Il rêvait de rentrer vraiment dans ce théâtre, de s’y balader, il y voyait le voyage idéal, le terrain de jeu parfait. Une fois dans la boutique, c’est comme s’il se retrouvait, de plein pied, dans la vitrine du grand-père, disparue et dispersée après le décès de ce dernier et qui, serait, soudain, ailleurs, ici, reconstituée, autrement. Certains trophées, du reste, sont communs aux deux lieux, des graines tropicales, des insectes, des pièces en ivoire, des morceaux anthropomorphiques de malachite. Il éprouve un certain accomplissement, comme si une porte jusque-là fermée et, qu’inconsciemment, il n’avait sans cesse chercher à ouvrir, venait de céder. Tous ces objets reliés selon des fils invisibles et des classifications non académiques, inexplorées – des fils préexistant à son arrivée, posés par la propriétaire, mais aussi, instantanément, des fils venant de lui et traçant des chemins vers des régions inconnues – le font renouer avec l’excitation cérébrale et sensible de la lointaine lecture de Cosmos (Gombrowicz). Tous ces objets l’observent comme les yeux brillants d’une meute de loup tapie dans la nuit, hors des grands sentiers. Une meute cosmogonique dans les fourrés.

La correspondance entre la vitrine du grand-père et la boutique renvoie à des impressions plus récentes d’un autre lieu qui, du coup, intègre la même famille, s’incruste dans la vitrine qu’il connaît depuis l’enfance, rejoint les autres occurrences qui, tout au long de sa vie, ont prolongé cette vitrine féérique. Ramification. En effet, il revit, en décalé et à la manière d’une attraction érotique, la magie entraperçue de l’atelier de l’artiste qu’il aimait (il n’y fut que de passage, quelques fois, « en visite », sans vraiment se poser, son regard essayant de tout photographier). Les objets fétiches, les livres inspirant, les images références, les objets personnels, les vêtements éparpillés, les carnets d’ébauches empilés, des feuilles épinglées avec des esquisses, des essais de formes et couleurs, d’autres papiers gribouillés, des vases avec fleurs séchées, des amas de matières insolites, des terrils de cendre dans des cendriers, des vidanges, des tablettes de comprimés, des ustensiles médicaux, une théière, des coupelles précieuses, des boîtes où gisent des insectes morts ramassés dans la cour, recroquevillés, des brindilles, des feuilles, des coques ramenées de promenade, étrangéisées,au bord du bureau, des photos de famille.

Il devient un habitué de la boutique. Il achète peu, il ne parle guère. Il contemple, il scrute, parfois prend des notes, sollicite des références précises, des explications complètes sur l’origine de certains objets. La patronne est intriguée, intéressée par son comportement de vieux monsieur transi, discret, peu expansif, mais profondément remué face à tout ce que réunissait sa boutique. Elle le considère vite comme aspirant à intégrer le fonds de commerce original, à faire partie des meubles. Il ne bouge pas beaucoup, contemplatif, en arrêt, enquêteur cataleptique. A la manière d’un solitaire recueilli devant une tombe, submergé par d’innombrables souvenirs, à trier, à interpréter et ouvrant d’autres possibles qui auraient pu se produire. Il est un habitué effacé, intégré aux autres habitués, fantomatiques, inféodés à la patronne, des collectionneurs en manque toujours à la recherche d’une nouvelle pièce, des artisans, des artistes, des originaux qui venaient présenter leurs trouvailles, leurs projets, avides d’une reconnaissance, d’un espoir de vente, d’un marché transmuant leurs créations immatérielles en valeur échangeable, matérielle.

Un jour, longtemps après, il réussit à attirer la jeune artiste, dont il avait été amoureux en d’autres temps, dans ce magasin. Ils se sont retrouvés, selon un hasard arrangé, dans le quartier et il lui a proposé de venir choisir un objet qui commémorerait ces retrouvailles. Il lui avait envoyer des lettres à propos de la boutique, des descriptions, des scénettes s’y produisant. S’il ne l’avait plus vue depuis des années, quelque chose était resté entre eux, suffisant pour qu’elle accepte l’invitation. Il la présente à la propriétaire, vante ses mérites artistiques. Comme elle a une farde et des travaux avec elle, de même qu’une tablette avec de larges archives, il suggère d’examiner ça ensemble. Ils s’installèrent à trois autour d’un guéridon en marqueterie et incrustations coloniales.. Elle explique – raconte – ses dessins, ses collages, ses abécédaires. La patronne, alors, comprend, elle plonge son regard dans ceux de l’homme pour lui signifier qu’elle a la révélation que tout est relié, lui, elle, le magasin. Elle comprenait. Elle choisit quelques gravures, elle doit vivre un peu avec avant de décider de les inclure en son catalogue et les proposer à la vente, à  la concupiscence des clients. Elles disparurent longtemps. Puis un jour, elles intègrent l’étalage, semblent avoir toujours été là.

Des semaines et des mois passent et leurs rythmes de vie réciproques, bizarrement, s’aménagent naturellement pour rendre possibles des échanges plus réguliers. Leurs emplois du temps respectifs retrouvent des accointances. La boutique est un lieu où ils peuvent à nouveau se voir, se réunir, parler, échanger des textes, des dessins, des photos, des gestes, des regards. Un espace intermédiaire qui déjoue le réel, la morale, les obligations. Là, ce n’est pas tromper, c’est autre chose. Une sorte de lieu fictif où leurs fictions respectives s’entrecroisent hors de tout contrôle de tiers. Loin de toute caméra.

Alors qu’ils dégustent une fois un café en terrasse, après une visite à la boutique, et échangeant sur tels ou tels objets les faisant rêver – je veux dire objets entretenant un de leur rêve commun, partagé -, elle est frappée par une petite tache d’encre, qui dépasse du poignet de sa chemise. Elle demande à voir et est surprise de découvrir un discret tatouage. « Ah, c’est quoi ça ? Ca ne te ressemble pas, tu te disais assez rétif à ce genre d’ornement corporel !? » – « Oui, je n’ai pas vraiment changé d’avis. Juste une exception ! C’est le logo de la boutique. Nous sommes plusieurs à le porter. Ca n’engage à rien. Ca me relie à ce que je te disais, cette sorte de « meute cosmogonique » que j’aime sonder. Plutôt m’y perdre. Bon, en même temps, je me suis laissé marquer un jour un peu ivre. » Alors, vestiges d’anciennes conversations intimes, elle réactualise son désir à elle d’être tatouée, de porter des signes entre la vie et la mort, des illustrations à fleur de peau de ses palpitations vitales et mortelles. Sans parvenir à se déterminer pour des motifs, un endroit, un thème, un moment. En quelque sorte, l’angoisse de la peau blanche, de la page vierge et nue. Il ne la laisse pas gamberger, il coupe court et lui présente un plan précis et structuré, réfléchi et déterminée. Comme s’il avait réfléchi à ça depuis une éternité et transportait dans sa poche la carte à transférer sur sa peau. Il lui montre un croquis, vieux papier froissé, son corps à elle avec les éventuelles incrustations figuratives et lettrées qu’il suggère d’opérer. Peut-être n’a-t-il jamais été aussi déterminé dans ses rapports avec elle. Elle écoute, décontenancée, peut-être abasourdie, mais au fond, séduite.

Peu après, il revient avec l’artiste à la boutique, à une heure habituelle, assez tôt le matin et, cette fois, ce n’est pas pour bavarder autour d’une farde à dessins. Il avance vers la pièce du fond, la main conduisant la jeune femme, posée tantôt sur l’épaule, près de la nuque, ou glissant aux creux des reins. Il y eut, presque imperceptible, une sorte de passation avec la patronne de la boutique : « tiens, je vous la confie ». Et elle passe du côté de la patronne, de l’autre côté. En même temps, il tend une enveloppe. Dedans il y a un texte, une citation, qu’il a envoyé il y a plusieurs années à l’artiste. La description d’une fleur de la passion par une enfant, enfin, par une adulte se souvenant de l’impression que la fleur lui fit, quand elle était gamine. En même temps que la lettre, une feuille avec quelques indications de ce qu’il voulait, tout en laissant la place pour l’interprétation.

Voici le texte :

« C’était la fleur du mystère. Plus que du mystère, du miracle indéniable. Une fleur aux couleurs de la mélancolie. Vert clair, si clair qu’elle finissait en blanc verdelet ; lilas qui s’estompait en violet sombre, involucre presque noir. Elle était là, sous mes yeux, je la prenais dans mes doigts. La couronne d’épines, la voilà, indéniable ; comment ne pas voir les fouets ? Figés à mi-hauteur, tels qu’ils ne restent qu’un seul instant quand on les manie ; l’éponge qui l’abreuva, la voilà, là-bas, au milieu ; au-dessus se dresse le roseau, sceptre du roi pour rire, et au sommet, bien hauts sur tout le reste, indiscutables, les trois clous noirs comme noir est le fer. Une fleur de vendredi saint. » Dolores Prato, p.404

Les indications :

« Tatouer à différents endroits du corps les éléments distincts, séparés, de la fleur tels qu’ils sont énumérés dans la citation. Vert clair (une tache pour donner à voir cette sorte de vert, de blanc verdelet), lilas, violet sombre, disperser plusieurs taches discrètes de ces couleurs de la mélancolie. Ensuite, la couronne d’épines, les fouets, l’éponge, le roseau, le sceptre, les trois clous noirs… Les répéter, à plusieurs endroits du corps, peu exposés, il faudra les chercher. En petit format, presque des poinçons. La fleur complète, enfin, sera rassemblée et épanouie en dessous du nombril. Et la citation elle-même, complète, en cursive, au bas du dos, dans la cambrure, les dernières lettres léchant la naissance des fesses. »

La porte se referme. Il pense vaguement à ce qui doit se passer entre les deux femmes. Se rapprocher, mieux faire connaissance. Relire le texte et la feuille de recommandations. Étudier le corps à tatouer, le découvrir, l’explorer, déterminer ensemble les endroits les plus appropriés pour accueillir les dessins, se familiariser avec la texture épidermique. A elles deux, elles procèdent méthodiquement, la patronne photographie l’artiste, nue, sous toutes les coutures, enregistre scrupuleusement toutes les mensurations, les introduit dans un programme qui recrée le corps en trois dimensions. Elles exécutent plusieurs implantations – variant les tailles, les teintes, les localisations – et les testent sur la représentation virtuelle qu’elles font se mouvoir pour essayer de voir et sentir comment les tatouages vont jouer ensemble, vont apparaître, vont faire constellation sur l’ensemble de la peau, se cacher, surgir, appeler. C’est lent et long. Il y pense, mais vaguement, il voit des formes, des mouvements, des couleurs, il entend des sons, des frottements, des caresses, le tout composant une sorte de fleur-brouillard dans une bulle transparente. Un processus est lancé, il n’attendra pas le résultat. Il découvrira le résultat de cette séance de tatouage bien plus tard, peut-être jamais, il en ruminera les hypothèses dans sa tête. Ou pas. Un jour. Peut-être que la conjonction nécessaire ne se produira plus jamais. Ce n’est pas le plus important. L’essentiel est la fleur de la passion. Il préfère garder tout ça en tête, disparaître à nouveau de la circulation, se fondre dans la nature, ne plus savoir ce qu’il attend.

Pierre Hemptinne

 

 

Publicités

Une réponse à “La boutique des passions

  1. Univers-Bulle
    ————-

    https://paysdepoesie.wordpress.com/2013/08/02/univers-%C2%ADbulle/

    Nul ne peut le coincer dans les mots d’un sonnet,
    Chose que nul n’aurait, d’ailleurs, l’idée de faire,
    Mais l’univers, sans doute, est pris dans une sphère,
    Comme si le cosmos à des jeux s’adonnait,

    Comme si une bulle en l’air se promenait,
    Évitant qu’avec elle obstacle n’interfère,
    Allant sans intention, sans stress et sans affaire,
    Visiteur familier que nul ne reconnaît.

    La bulle éclate et meurt aussitôt qu’on la point,
    Elle vit dans l’instant, et ne perdure point,
    Cette fragilité provient de sa structure.

    Il nous faut l’accepter. La bulle n’a qu’un temps,
    Et le grand univers, un peu plus résistant,
    Doit disparaître aussi, et toute créature.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s