Les marées arachnides

Cela revient chaque année vers la fin de l’été et au début de l’automne, une conjonction de lumières et de vapeurs, une confluence momentanée éblouissante entre ciel et terre, charriant des chemins de volutes nuageuses. Là-bas au bout du jardin, tôt matin, l’air brûle, part en fumée, il n’y a plus rien et cela dégage un appel irrésistible vers quelque chose à voir. Une apparition, du vide en fumée. Comme lorsque arrivant dans une location de vacances, quelques indices – une rumeur, un silence intimidant – nous font espérer que le jardin se termine à pic vers l’océan ou une vallée vertigineuse, et l’on court, avide d’être émerveillé, stoppé net par la barrière branlante. Point de vue précaire. J’imagine qu’un propriétaire venant constater la disparition d’un bout de son terrain, emporté par l’affaissement de la falaise de craie, le rapprochant inexorable du vide marin, doit ressentir ce mélange d’admiration et d’effroi devant la métamorphose constante de la nature.

C’est la seule circonstance où le jardin n’est borné par rien, débouche sur de l’infini. Là-bas, tout est gommé et resplendissant de sa disparition. D’or. C’est un fleuve de brume qui s’épanche, ruisselle sur la verdure, les plantations, les prairies et les arbres, en mouvement incessant, vers l’avant, refluant, tourbillonnant, déroulant des écharpes gazeuses. Un fleuve dont les gouttelettes s’agrègent aux dentelles des plans d’asperges et les transforment en cascade pulvérisée de perles, d’oeufs. Émulsion d’écume, dentelle de vague s’écrasant au sol, rejaillissant en fibres fumantes que dissémine le flux lumineux. Au fur et à mesure que j’approche de la clôture dérisoire, le brouillard est de moins en moins impalpable, mais fibreux précisément, constitué d’archipels fantômes livides, d’étoupes illuminées, de milliards de fils argentés qui voyagent, migrent, s’accrochent. Serpentins humides, givrés. Imperceptibles cheveux fossiles. Migration de fils de la Vierge. Un immense cocon travaille, file et défile. Grisailles stomacales, irisations fantastiques, haleines abyssales et laitances phosphorescentes.

Le soleil, continuant sa course, le glacier de brumes se dissipe. Je n’aurai jamais l’impression de l’avoir vraiment vu, juste aperçu ses derniers instants, avant qu’il ne s’évapore totalement. Etait-ce la longue traîne de la nuit? Et au fur et à mesure que sa masse fumante s’éclaire et s’évanouit, je distingue partout, entre les branches et, surtout, dans les carrés des grillages clôturant les pâtures, au loin, ce qu’il laisse derrière lui, partout, là-bas et ici, comme la mer lorsqu’elle se retire. Quelque chose ramené de très loin, dragué dans les profondeurs qui, parfois, alimentent les phobies. Je vois ce qu’il est venu fabriquer, embrouillant les prédateurs grâce à ses fumigènes ouateux, impénétrables, aveuglants : une quantité phénoménale de toiles d’araignées avec leurs bestioles affairées, toutes neuves. Des napperons très fins, palpitants, tissés dans cette matière luminescente, translucide et visqueuse des méduses. Et en effet, il n’y en a jamais autant qu’en cette période de l’année. Comme il y a des saisons bien précises où les coquillages échoués sont particulièrement nombreux et variés sur les rivages. Impossible de s’engager dans un sentier, entre deux buissons, sans briser un fil, l’infime filament d’une toile se détachant, venant coller à la peau, sur la jambe et au visage et alors, se démener comme dangereusement entravé ou fermer les yeux, le temps d’un clignement, comme absorbé par un monstre invisible, basculant dans de la chair de brouillard. Un ressenti disproportionné, apprécié comme tel. (Pierre Hemptinne)

      

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s