Comment C’est se livre avec vous si voulez

Ce blog va devenir un livre. C’est une mutation qui demande du temps et du travail. Il ne suffit pas d’appuyer sur Print. L’écriture a tenu lieu ici d’atelier, d’expérience, souvent les textes ont été publiés dans leur quasi premier jet, pour suivre au mieux le rythme des événements ou des vides qui composent une démarche culturelle. Soit la relation aux œuvres et, plus exactement, comment les recevoir, que met-on en place pour les accueillir, soigner son potentiel réceptif à ce qu’elles véhiculent. Comment C’est, d’une manière complètement profane, a voulu faire l’expérience de ce que Foucault (après les Grecs) appelait les techniques de soi et que Bernard Stiegler a étendu aux techniques de soin que l’on se donne et que l’on donne aux autres, en cultivant le commerce avec les œuvres de l’esprit (notamment). Quelle est la part que l’amateur d’art apporte à la création d’un environnement propice aux alchimies de l’individuation individuelle et collective ? Et ce contre les forces managériales et marketing qui tendent à ruiner ces contextes propices à la consistance de l’existence. Le projet était d’exprimer ce que je ressens, ce que je parviens à comprendre et interpréter, à l’écrire pour le retenir et le rendre disponible à des lecteurs qui passent, voir dans quelle mesure cela pouvait ne plus être qu’à moi, démontrer qu’en étant simplement attentif à ce que l’on ressent, on peut produire du bien partageable. Et ceci en lisant un livre, regardant une exposition, visionnant un film, écoutant une musique… Mais j’ai élargi le propos en rendant compte d’autres pratiques : la cuisine, le vélo, le jardinage, la promenade, la lecture de paysage pour montrer que les pratiques culturelles se nourrissent de ça aussi et qu’elles n’ont rien à voir avec la consommation culturelle court-termiste de plus en plus préconisée par les médias et les nouvelles technologies d’accès aux biens culturels. Elles englobent plus largement nos manières de vivre et sentir, elles demandent un temps qui n’est pas celui de l’achat compulsif. Parallèlement, le blog a accueilli, au contact de l’actualité qui détricote toute visée culturelle à long terme de la société, une réflexion sur la place essentielle qu’il conviendrait de restituer aux institutions culturelles, seules capables de donner des perspectives constructives aux pratiques des amateurs. – La marche à suivre : participez. – La première étape est de sélectionner, parmi les textes publiés, une centaine d’écrits représentatifs de la démarche globale, en vue de composer la matière du livre. Le choix portera à travers toutes les catégories dans leurs convergences complémentaires. Si vous avez été lecteur ou lectrice, si des textes vous ont intéressé – voire « marqué » -, faites-le moi savoir, nous en tiendrons compte pour la constitution du corps textuel et vous en serez remercié. Après sélection, je devrai effectuer un travail conséquent de réécriture pour rendre le tout publiable! Donc, ça va prendre quelques mois ! – La suite… Après, Comment c’est prendra d’autres formes, je creuserai certainement le même filon mais dans des projets plus personnels et intimes, car si j’ai examiné ici, globalement dans le cadre de mes fonctions de direction au sein d’une médiathèque, comment le lien entre différentes pratiques changent les capacités de réception de l’art, mais comment aussi l’art donne envie de développer ses autres savoir-faire sensibles (cuisiner, s’immerger dans un paysage, jardiner), l’essentiel ensuite serait de se pencher sur comment nos proches, ceux que l’on aime, sont touchés, en bien ou mal par les œuvres avec lesquelles on se construit, comment ces mêmes proches interfèrent sur notre appareil sensible face aux œuvres, comment le sentiment amoureux se construit aussi dans un va-et-vient entre des œuvres d’art (littéraires) et l’image (les images) de l’être aimé(e), comment l’amour pour quelqu’un ouvre à la perception d’autres dimensions des œuvres (plastiques, littéraires), dans une belle confusion clairvoyante qui permet au vivant de se réapproprier au cœur de sa dynamique sociale, le « sans prix », réfractaire à toute marchandisation. Mais cela touche à des choses qui, évidemment, nécessiteront d’autres manières d’écrire et publier. – Infos pratiques. Si vous voulez suggérer des textes à ne pas oublier dans ce passage du blog vers l’objet livre, écrivez-moi : pierre.hemptinne@lamediatheque.be
Ce projet d’édition sera réalisé avec l’asbl Bruits, par intérêt pour sa démarche, sa philosophie, son engagement culturel. (PH)

Publicités

Une réponse à “Comment C’est se livre avec vous si voulez

  1. Pingback: Moondog 1947 | Villa Morel

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s