Moulins à vents, noise agricole

Sillonner la rase campagne hivernale secouée de rafales de vent est à la fois éprouvant et exaltant. Question d’équilibre : va-t-on se trouver ou se perdre? Les chemins ne semblent plus conduire à leur destination habituelle, tout est plus liquide. Le sol même a quelque chose de livide, à tout le moins délavé, il digère l’impact de l’hiver, la masse neigeuse, la pluie, le gel, la distinction entre macadam et labours n’est pas toujours nettes, dans certains recoins, on s’attend encore à devoir louvoyer entre des coulées de boues et de glace. On ne se sent pas tout à fait adapté, bien accueilli, il faut renouer, reprendre possession du terrain. Les routes se plient et se déplient et, en épousant ce plissé, l’âme du cycliste ( ce qu’il abrite comme masse de ressassements émotive et intellectuelle qui subit le façonnage de l’activité cycliste) se plisse, rentre dans une dynamique animale du plis, replis, déplis. Ce qu’adore le vent qui, avec le pédaleur, joue au chat et à la souris. Il le prend tantôt de face, l’assourdit, l’oblige à mordre le guidon, toutes les étoffes secouées à se déchirer (la peau aussi?). À l’occasion des virages, il pousse à l’embardée, d’un côté ou de l’autre. Et quand il attaque dans le dos, il propulse corps et machine dans une allure tellement exagérée qu’à certains moments, cycliste et vélo croient qu’ils vont se dissocier. C’est l’ennemi invisible, impalpable, excitant, qui enferme dans son souffle, ses sifflements, ses ruées, qui pétrit la forme des muscles, la position du corps sur la bécane, éreinte la résistance. Les routes qui tournent sur elles-mêmes, ne semblent mener nulle part, rester prisonnières des champs, et avec le vent qui multiplie les contre-sens, on perd l’orientation. Les oreilles n’entendent plus rien d’autre, c’est assourdissant en continu, un vacarme qui en devient abstrait, le bruit blanc d’une masse invisible, inerte, qui pèse d’un poids anarchique. On se renferme, on s’isole, on regarde par en dessous, concentré sur l’effort, l’équilibre. La respiration se noie de temps en temps sous une bourrasque d’air trop généreux, les poumons se dilatant exagérément. – Tempête. – (« Ils voyaient par les hublots vitrés, amarrés de fer, les vagues monter loin au-dessus du bateau qui semblait les éviter à chaque fois, mais c’était parce qu’il les recevait à la proue, quand en plongeant il fendait le mur de flammes d’eau. La tempête ne grondait que par moments, mais elle sifflait avec une énergie si continue que cela finissait par produire un grand silence. l’espace du bateau était sombre et vacant et inerte, et ce silence de la tempête y avait creusé une catacombe apaisée. » Edouard Glissant, Tout-monde.) – Apparition, monument organique, mugissant. – De loin en loin, dans les champs, on passe à côté de monstres informes, couverts de bâches noires et/ou blanches, surmontés de pneus noirs, des moulins à vent chimériques (leurs masses occupent dans la campagne actuelle la même position que les moulins de Don Quichotte, en version « échouée », déstructurée, carcasses de moulins). Ils sont secoués de vibrations, les bâches sont agitées de vagues successives comme la surface de la mer, certaines se déchirent, partent en lambeaux, des oriflammes sinistres, des queues de dragon. Dans la tempête, leurs convulsions dégagent une noise hurlante. En passant à leurs côtés, on se demande comment on tient encore sur son vélo, comment on résiste à ces coups de butoirs. Sculptures paumées en rase campagne. Installations sonores agricoles. Elles fouettent l’imagination. Est-ce un hommage à tous les pédaleurs usés par le vent, épuisés, poussés à l’abandon, au bout de leurs forces et dont les carcasses d’os humains et de bécanes sont ainsi rassemblées en silos funéraires, tumulus sinistres, recouverts de vastes linceuls de plastique mugissant ? Il est saisissant de s’arrêter alors et de voir se matérialiser ainsi la force du vent qui, sans cela, échauffe l’esprit, prend la forme de l’ennemi intérieur, irréel, illumination. Celui que j’ai « filmé » un peu plus d’une minute est situé dans une zone parcourue d’un lacis de routes qui grimpent vers des bois, aux virages garnis de calvaires, et dont le nom contient le mot « tripes », à chaque fois que j’y passe, cela me surprend. Références sans doute à des élevages locaux qui fournissaient les étals des triperies ou à une population friande de ces abats ? Ou est-ce le dessin des routes qui, esquissant les boyaux d’un labyrinthe campagnard évoque le dessin d’intestins ? (À ce propos, à lire dans le journal Le Soir de ce mardi 8 février, l’article « La bactérie intestinale modèle le cerveau », juste après la naissance., faisant écho à une publication scientifique anglaise. Interrogée, Nathalie Delzenne (UCL) rappelle que « le microbiote (la microflore de l’intestin) est parfois aujourd’hui considérée par certains scientifiques comme un « second cerveau » ». En début de vie, la constitution des micro-organismes intestinaux « affectent le cerveau et altèrent le comportement plus tard. » Il n’en faut pas plus pour  prendre conscience que cela bouleverse nos perceptions du dehors et du dedans. C’est bien avec des aliments venus du dehors que les micro-organismes se forment et déterminent la forme de notre intérieur le plus personnel (cerveau, etc.) ?    (PH)


Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s