Tarte aux pommes et autres organes

Le vent, la pluie, les parasites font tomber les pommes. Elles pourrissent vite.  Ca sent le cidre sous les branches. Plutôt que de tout abandonner aux guêpes et autres insectes rongeurs, je ramasse une partie de ces fruits blessés, envahis, grignotés de l’intérieur, colonisés. Il y a beaucoup à amputer. Une petite pâte en vitesse et hop, une tarte maison aux pommes pourries du jardin. Un moment durant lequel les mains opèrent, dirigent la pensée et se tissent par les fruits des liens plus forts avec le jardin (la terre, les plantes, les bestioles). Le genre de situation, que j’épingle dans ce blog, dans la démarche entreprise de rester en veille par rapport à ce que signifie se cultiver, et qui relève de l’organologie, quand le corps, les organes biologiques se prolongent par des techniques et des savoir-faire vers d’autres organes, objets, flore ou faune, découvrant, dans le prolongement de sa sensibilité référentielle, des possibilités de sentir et penser autrement, grâce à ces prolongements. Ce qui est bien utile quand on se trouve « devoir » éprouver une oeuvre d’art, rentrer en contact avec elle et faire le récit. La tarte aux pommes, élémentaire, ça mène à tout. (PH)

Publicités

Une réponse à “Tarte aux pommes et autres organes

  1. Pingback: Tuer le ver dans le fruit | Comment c’est !?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s