La pierre de Zorn

The Stone, 27 janvier 10

C’est la « boîte de jazz » de John Zorn. Dans les guides, la mention est sommaire (quand il y en a), renvoyant à une sorte de lieu expérimental. Quand il est connu en Europe, John Zorn est  plutôt auréolé de prestige. Au-delà de sa carrière personnelle – on peut discuter l’état de sa production actuelle, n’empêche qu’il reste un phénomène unique de la musique moderne du XXe siècle -, John Zorn a une action de terrain pour produire, soutenir, donner de la visibilité aux jeunes musiciens (avec le défaut de toute entreprise de cette sorte : trop de musiciens de cette filière finissent par se ressembler). The Stone présente deux concerts par soirée. Un à 20 heures, l’autre à 22 heures. C’est bien rôdé, les horaires sont respectés, il n’y a pas de bar, pas de bouffe, on vient juste pour la musique. Le lieu est plutôt écarté. C’est une ancienne boutique d’angle. Les volets baissés, surpeints. La porte noire. À l’intérieur plus ou moins 45 chaises noires serrées. Un espace scène, un cube blanc en guise de local technique, une cloison blanche dissimule l’accès aux loges (caves). Ça ne respire pas l’opulence. Les entrées sont tenues par un musicien de la « bande  à Zorn », un tromboniste (je ne retrouve plus le nom), ça donne un air militant à l’entreprise. La pierre, si l’on en croit la photo sur le site, est une référence aux rochers de Masada. (Dimanche soir, un concert de soutien avait lieu avec Zorn et quelques pointures de son entourage). On croit longtemps que les musiciens, en train de répéter quand on entre, vont jouer rien que pour nous ? Au compte-goutte rentrent des amateurs, d’abord des amis des musiciens. Puis ça se remplit, pour atteindre une trentaine de personnes (à New York). Le concert est loin d’être dégueulasse, et loin d’être expérimental (ces guides sont cons, ils n’écoutent pas, n’examinent rien de près, ont surtout peur d’envoyer des touristes moyens au casse-pipe de la culture). L’affiche de 20 heures est tenue par le Jason Palmer Group interprétant des musiques de Minnie Ripperton, arrangée, orchestrée par Jason Palmer (ils jouent avec partition). Jason Palmer, leader et trompettiste est très convaincant, dans sa manière de passer du lent au rapide, du rond au précipité haché, de balayer le champ entre intellection et sensualité. Les développements qu’il tire des musiques de Ripperton sont sensibles et intelligents, on garde la musicalité de départ, on aboutit dans des formes de néo-classique, avec des manières très jazz (chacun son solo). Les points forts sont le saxophone (Mike Thomas), la contrebasse (Lim Yang). Le batteur, jovial et impulsif, abat de la belle ouvrage, ça manque peut-être de style (en faire moins, plus strict, inventif dans l’économie, plus de « sécheresse » conviendrait mieux à l’esprit des compositions, – mais ce n’est qu’une impression). Le guitariste, souvent cantonné dans un rôle rythmique, insistant, lancinant, manque de force et d’invention dans ses solos, ça ne décolle pas assez. L’ensemble est de très grande qualité, fervent. Un lieu où l’on peut découvrir deux fois par soir, des formations de cette trempe, ça court pas les rues. Amusant aussi de voir de près un moment ‘live’ de culture new-yorkais. On pressent aussi, « comme chez nous », un petit milieu avec des gens qui se connaissent, se suivent, doivent se retrouver régulièrement dans les mêmes concerts, les mêmes salles. De suite, on se sent moins perdu dans l’immensité urbaine ! La culture vivante reste à dimension humaine, avec ses invariants…  (PH) – Discographie John Zorn en prêt public –  Discographie Minnie Riperton en prêt public – Discographie Jason Palmer en prêt public

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s