Le pinard et La Sélec

Introduction : La Sélec contre le conservatisme ambiant. C’est fou l’assaut du conservatisme culturel à la une du plus grand quotidien belge francophone : le mausolée intolérant de Classic21, le triomphe de la littérature sans histoire selon d’Ormesson, l’insipidité génialement rentable de Marc Lévy, la productivité bien pensante d’Eric-Emmanuel Schmitt… Heureusement, tous les deux mois, arrive La Sélec. Voici le numéro 8 surplombant, en quelques exemples, un infini de la créativité contemporaine ignorée, minorée. L’édito, « Coup classique », tire la sonnette d’alarme : la perte des référents en termes de musique classique, calculée par les enquêtes récentes sur les pratiques culturelles, est un signe de déculturation. Justement, dans Le Soir de ce 16 décembre, un collectif de signataires regroupant compositeurs, philosophes, musiciens, metteurs en scène, photographe dénoncent le populisme de la RTBF tentée par les orientations programmatiques réactionnaires. Carte blanche titrée « Culture avec C comme Crise ». C’est surtout la liquidation de toute audace et ambition du côté de Musiq3 qui est visée. La dérive ne date pas d’hier et la frilosité de la radio publique est presque légendaire. Bah, lisez La Sélec et, bientôt, écoutez les émissions de la Médiathèque ! – La Sélec – Dégustation – La sortie de chaque Sélec donne lieu à un petit drink entre ceux et celles qui la font (tous ou une bonne partie). Il ne s’agit pas de bourrer la gueule mais de déguster avec modération le travail d’artisans vinicoles qui, la plupart, vont à l’encontre des standards les plus répandus, en retournant à des méthodes naturelles et renouvelant ainsi le plaisir de goûter du vin, questionnant les stéréotypes goûtgoût..  Cela implique un passage par le hangar de La Boîte des Pinards. J’y découvre cette fois une nouveauté primeur, « Octobre », cuvée 2009 des Foulards Rouges (Roussillon), fruité et piquant. La Sélec 8 sera surtout arrosée par un Côte du Rhône, « Flonflons » (La Roche Buissière) – La cuvée rédactionnelle, fil continu à travers cinéma, électronique, jazz, techno, chanson, rumba congolaise… – Suivant l’actualité des arrivages en médiathèque, c’est « La fille du RER » (Téchiné) qui fait la une, réflexion de Catherine de Poortere sur « le réel mis en abîme », mise en évidence d’un remarquable travail cinématographique sur une sorte d’irréalisme qui envahit une certaine jeunesse, vidée par l’envahisseur technologique (les fameux « avatars » dont on parle beaucoup actuellement). On enchaîne avec une production du label Sub Rosa consacrée aux musiques électroniques expérimentales chinoises (texte de Benoît Deuxant). Ensuite, l’équipe a vraiment flashé sur le dernier David Sylvian, quelque chose de géant et d’atypique, associant une sorte de chant immémorial et un accompagnement de micros structures brisées, aux élans biscornus et brillants, confiés à une belle brochette d’instrumentistes géniaux des scènes pointues (textes de Catherine Thieron et Benoît Deuxant). Juste avant – pas de logique dans la composition du numéro, des juxtapositions aléatoires, des passerelles improbables entre répertoires qui ne se rencontrent pas -, présentation de l’argot techno bruitiste de Fuck Button, «où, à travers les tirades mégaphonées (dans un microjouet) de l’un des protagonistes et les reliquats d’un shoegaz cramé des enceintes (pop planante, saturée et truffée d’effets qui eut son heure de gloire à l’aube des 90’ avant de se muer en serpent de mer du rock indie), remontait le spectre d’un thème musical archétypal brouillé, mais au pouvoir d’envoûtement intact (Yannick Hustache). Plus loin, retour aux sources de la rumba congolaise et un grand classique du cinéma, revisité, recontextualisé à l’occasion de sa réédition et replacé dans sa modernité critique : « Lola Montès » analysé par Philippe Delvosalle. Les descendants décomplexés d’Ornette Coleman, la marche turque de Busdriver, la rencontre magique avec les pianos mécaniques de Conlon Nancarrow, les chansons films de Nick Cave, le feu à fleur de peau du misanthrope érotomane (Murat) pour terminer avec quelques « leçons de ténèbres »… Le magazine est gratuit dans les médiathèques, plus riche et plus complet sur le site de la Médiathèque. L’artiste du poster 8 – L’image centrale a été réalisée par François (Marry), musicien et dessinateur. Il a écouté toutes les musiques et tous les films de La Sélec 8 pour la représenter en une sorte de silhouette découpée sur un ciel nuageux où passent les inscriptions des artistes, silhouette remplie d’autres silhouettes innombrables, une foule, toutes les ombres qui ont fait ces musiques et ces films, et tous les peuples, autour de ces créations, qui en vivent spirituellement. La silhouette humaine se dresse sur le ciel comme une serrure magique peuplée, habitée, ouvrant vers un infini grouillant de créateurs, individuels et collectifs, envisagés par La Sélec, suggérés. Mouvement d’ascension, légèreté, formes fixées un moment par le choix effectué par La Sélec, le temps de les écouter et d’écrire les textes et qui, ensuite, vont dériver, se transformer, se mêler à d’autres formes, se mélanger à d’autres musiques, d’autres films, sans fin parce que le mouvement est progressiste, pas conservateur (à l’exact opposé des Classic21, d’Ormesson, Lévy, Schmitt…) – (PH) – La Sélec complète sur le Web

Publicités

2 réponses à “Le pinard et La Sélec

  1. Bonjour je cherche des infos sur le vin de serpent et j’ai trouve votre site, mais je ne vois pas ou vous en parlez plus que ca, merci de votre aide.
    Le vin de serpent c’est ca:
    http://www.asian-snake-wine.com/

    (j’oubliais, j’ai trouvé votre site en cherchant vin de serpent / médecine chinoise naturelle)

    • j’ai goûté une fois du vin de serpent ramené du Vietnam
      mais j’ignore comment votre recherche abouti sur mon blog!
      désolé!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s