Nobel de la guerre

Je n’ai toujours pas tout compris, là, Obama-prix-nobel-de-la-paix !? Et, j’ai beau savoir que Barak Obama, haut placé dans l’audimat mondial, est aussi intouchable que Johnny Hallyday-partie-intégrante-de-l’identité-française, je suis surpris par le large accueil favorable, sans critique. Il est quand même, finalement, ni plus ni moins, question de valider mondialement le concept de « guerre juste ». En remplacement de « guerre propre » qui bénéficiait du même genre de justification politique au nom de la réalité, de la lucidité, mais qui n’a pas répondu aux espoirs placés en elle. Libération (qui a autant de mal à s’activer à gauche que le parti socialiste) publie aujourd’hui « l’allocution prononcée par le président américain recevant le prix Nobel de la paix », sans vraiment applaudir mais en y voyant tout de même « un discours historique qui définit une morale de l’usage de la force ». Peut-être plus pernicieux, l’article est illustré par une série de photos « d’armes confisquées et affichées sur les murs d’un poste de police irakien », ce qui laisse entendre « l’usage de la force vise à désarmer la violence ». Ce n’est pas de cela qu’il est question dans l’allocution. Il est difficile d’y lire une quelconque formulation qui serait historique – dans le sens qu’elle apporterait une définition manquante et marquant ainsi une avancée – qui viendrait établir  – fonder, justifier – une morale de l’usage de la force. Depuis que la guerre se pratique entre états, mis à part quelques tyrans sanguinaires, la production de justifications morales a toujours été abondante, en invoquant le réalisme, la mocheté de la nature humaine, la recherche du bien, l’œuvre civilisatrice…Cette rhétorique n’est pas faite pour les chiens (au contraire !?) et Barak Obama puise habilement et généreusement dans cette réserve d’arguments. Il sait que, recevant le prix Nobel et envoyant des soldats en Afghanistan, il ne pouvait éluder ce grand écart et l’aborde franchement, sans complexe. Ce qui est historique est l’absence de scrupules du discours guerrier dans ce contexte de prix Nobel de la paix. Il tente un « parler vrai » qui n’est jamais qu’un habillage de la langue de bois. En passant par des auto-légitimations pas piquées des vers : « « moi qui me trouve ici en conséquence directe des œuvres de Martin Luther King, je suis la preuve vivante de la force morale de la non-violence ».À propos de Gandhi et Luther King : « Ce n’est pas un mouvement non-violent qui aurait pu arrêter les armées Hitler ». Discours historique ? Les ploucs et les adjudants chargés de vérifier la solidité de mes intentions d’objecteur de conscience m’ont servi cet argument, mot à mot, des centaines de fois ! Ça doit figurer dans tous les livrets de management militaire ! (Et un journal ex-de gauche, mais qui joue encore un peu sur cette couleur ne trouve rien à dire !! parle d’un discours historique !!) – Évidemment, ce n’est pas si simple, Monsieur Obama, et en ramenant tout à ce genre de dualité, vous ne ferez pas avancer l’intelligence dans le monde. Pour qu’un mouvement non-violent puisse prendre du poids, il faut y investir sur le long terme autant d’argent que ce que l’on fait depuis toujours pour l’armée, la recherche et l’invention d’armes, d’équipements militaires. Il faut investir massivement, à grande échelle dans des programmes d’éducation et des politiques culturelles pour influer sur les schémas mentaux, changer la morale de compétition, changer les modes de management, de fabrication des repères, des images d’identification. Il faut choisir son lobby et ses industries ! Au lieu de ça, il y a toujours un homme providentiel qui vient prêcher la « guerre juste » en n’oubliant pas de taper sur les guerres de religion, les fanatiques : ceux qui mènent la guerre injuste et que les guerriers justes doivent exterminer (comme dans les jeux). Néanmoins, quand il parle de son pays, du rôle des Etats-Unis, le ton et les termes sont quasiment religieux : « les Etats-Unis d’Amérique ont contribué à garantir la sécurité mondiale pendant plus de soixante ans par le sang de leurs citoyens et par la force de leurs armes. Nous avons assumé ce fardeau, non pas parce que nous cherchons à imposer notre volonté, mais en raison de notre intérêt éclairé : parce que nous voulons un avenir meilleur pour nos enfants et petits-enfants, et que nous pensons que leurs vies seront meilleures si les autres enfants et petits-enfants du monde peuvent vivre dans la liberté et dans la prospérité. » Son pays verse une sorte de sang christique pour le rachat du monde selon l’intérêt éclairé de son pays qui pratique la guerre juste… Mais, historiquement, la question d’autres intérêts « éclairés », la merde historique foutue dans quelques régions du monde et qui ne cesse de dégénérer, pas un mot. Pas le moindre signe d’humilité (blanchi par le Nobel ?). Quant à la recherche de la prospérité pour tous les enfants et petits-enfants du monde, il ne suffira pas d’une « guerre juste ». C’est l’horreur de ce côté-là, il suffit de voir les chiffres de la pauvreté dans le monde : ce discours de Stockholm laisse entendre, quelque part, que cette pauvreté sera réglée quant la « guerre juste » en aura fini avec tous les fanatiques religieux qui sen prennent aux USA. C’est un peu pousser loin le bouchon. La pauvreté résulte surtout d’une guerre économique – menée indépendamment de toute autre « guerre juste » – où prédomine un modèle culturel-industriel américain qui impose ses standards, ses modèles, depuis le type d’industrie culturelle jusqu’aux techniques de management au service de la rentabilité. On sent le poids de cette guerre culturelle, forcément, quand on travaille au jour le jour dans la culture ! C’est contre la fatigue et le déclin qu’entraîne la confrontation à ce poids que, par exemple, une association comme Ars Industrialis réfléchit à de nouveaux modèles industriels. –  Nous tenons un « premier » beau Nobel de la Guerre. (PH)

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s