Le mirage de la 3D

Tandis que Johnny H. glisse lentement vers le passé, son coma – future absence, perte d’une vache à lait – scruté jusqu’à l’indécence par les médias traumatisés, la promotion puissante d’Avatar nous submerge d’une célébration indécente de la technologie sur l’air de « le film qui vient du futur ». Le portrait du réalisateur, dans le magazine du journal Le Monde, n’est pas sans intérêt, il éclaire le fonctionnement d’un imaginaire, relativement ordinaire mais disposant de moyens importants pour réaliser ses fantasmes, sonder les zones de mystères qui l’inspirent, développer des machines, des synthèses, des avatars technologiques lui permettant d’explorer les dimensions de sa sensibilité comme s’il s’agissait de mondes réels, de planètes joignables, habitables ! Nul doute que ce créateur a un talent pour inventer des représentations et que la maîtrise des nouvelles technologies lui permet de faire des merveilles. Un beau cas à étudier. En-dehors de ça, j’ai beau lire et relire les arguments de vente présentés par Le Monde et Le Soir, rien ne me fait envie dans ce cinéma, dans cette manière de réaliser le cinéma. J’aurais plutôt envie de fuir et suis passablement effrayé qu’un journaliste ne trouve rien à dire à cette déclaration : « La NASA peut se révéler géniale pour rapporter avec ses sondes des images défiant notre imagination, mais elle ne sait pas les mettre en scène. » Il rêve d’une chaîne de télévision pour mettre en scène les images en direct de l’exploration de Mars (par exemple), soi-disant pour « impliquer davantage le spectateur dans l’exploration de la Planète rouge ». Ne pourrait-on pas lui dire qu’on ne veut surtout pas de ce genre de mise en scène ? Que toutes les images d’actualité des journaux télévisés ont déjà un petit air de fabrication pour stimuler l’empathie et que c’est dangereux ? Même dans un article promotionnel, ne serait-il pas judicieux de dire que ce « rêve fou », lui appartient certes, révèle un trait de sa personnalité, mais que l’intention en est mauvaise ? Derrière ce genre de projet (à peine chimérique), en recoupant avec d’autres déclarations sur l’impact qu’il cherche à provoquer, soit en gros prendre les tripes, subjuguer, fasciner (mais pas impressionner !), il y a quand même comme qui dirait un grand penchant à produire un flux d’images autoritaires. La 3D soutient cette stratégie, ça doit prendre encore plus, devenir irrésistible. D’après Cameron, la 3D permettrait « d’avoir une idée de ce que représente le poids de l’immobilisation d’un marine hémiplégique ». C’est surprenant comme croyance. La sensibilité et le cerveau peuvent se représenter, sans l’aide de rien d’autre, en créant des images intérieures, une idée de cette immobilisation. En quoi une image en 3D permettrait de mieux sentir ce genre de chose ? En privant l’être du travail de sensibilité et de représentation intérieure, en se projetant dans une image en relief, éprouvant en direct, par empathie, comme habitant un corps extérieur, intermédiaire ? L’article du Soir aborde la question de la 3D sous l’angle de la solution pour ramener le public dans les salles de cinéma. Il faut se taper la déclaration de Jeffrey Katzenberg : « Avec le ciné en relief, l’idée est de proposer au public quelque chose qu’il ne peut obtenir à la maison, quelle que soit la qualité de l’équipement domestique. Et si nous n’arrivons pas de la sorte à ramener le public dans les salles, ironisait-il, nous faisons un métier sur le déclin. » Si ce sont les perspectives pour rendre les salles de cinéma désirables, alors oui, c’est un métier complètement décliné. Je vais aimer encore plus les films fauchés, sans effets technologiques, avec pour seule 3D le relief de leur inventivité. (PH) – James Cameron, films, musiques de films en prêt public

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s