Désordre froid

desordreChaque année je me trouve accepter l’automne, plonger dedans non sans plaisir en découvrant la métamorphose de ce bout de jardin, sans doute très lente mais qui paraît soudaine, due au changement de lumière, présentant un désordre échevelé signalant l’absence du jardinier (jardin ne se préoccupant plus que de sa seule logique, développant ses formes librement, dans leur liberté maximale) en un désordre presque calculé, lierre, buis, fleurs, légumes, mauvaises herbes dans leurs formes abouties, à  l’instant du déclin et où aboutissent les premiers rayons d’un soleil déjà bas, qui mettra du temps à réchauffer ce fouillis surexposé, fatigué en ses fils d’argent, allumant la rosée, donnant à tout ça une apparence difficile à qualifier, un dernier sursaut électrique, un dernier coup de jus au ralenti, un frémissement de sublime (entre la perfection des formes achevées et le signe de la mort), une illumination ultime, une illusion d’exubérance jardinière pérenne sous les perles d’humidités brillantes du matin. Une ardeur déjà froide. (PH)

desordre2desordre3desordre4

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s