Recyclage de sons usés

Mkm_msa

Günter Müller (ipods, electronics), Jason Kahn (analog synthesizer), Norbert Möslang (cracked everiday-electronics).

mkmSix moments musicaux extraits d’une tournée en Amérique latine : Mexico, Bogota, Santiago de Chili, Rio de Janeiro, La Plata. Des musiques qui évoquent la machinerie déraillée des grandes mégalopoles et la clameur des insomnies, des traques, des poursuites angoissées de plaisirs et d’illusions, cacophonie désirante qui tourne à vide, sordide, sans transcendance. Sans rêve, sans perspective. Machinerie en panne et qui, dans l’espace déglingué et hyper complexe (celui de ces villes, de ces populations, de ces cerveaux), essaie de réparer ses accès de déséquilibre morbide. Ce sont des bouts de continuum sonores urbains. Sans uniformité ni monotonie, plutôt des espaces striés, hachurés, chiffonnés, bouchonnés, ligotés, violentés. Des morceaux de sons lents, tenus, immobiles, vrillent en zen névrotique et d’autres éclatent comme des pétards, partent comme des fusées, rentrent en narcose, taraudent. C’est plein de dissensus bruitistes qui partent dans des directions opposées, c’est un flux d’hétérogénéités et le sentiment d’une musique organisée provient des milliers de petites surfaces qui s’entrechoquent, se griffent, se mordent, se lacèrent les unes contre les autres et, ainsi, arrondissent leurs angles, s’agglomèrent dans le mouvement attractif, répulsif. Coupures, irruptions, interruptions, festival de pulsations contrariées, giratoires, mal dans leurs peaux, sous jacentes ou en éruption introspectives. Échos malsains des nouveaux tribalismes paumés, cul-de-sac. Drones rouillés, dérangés. Des interférences de réseaux, des ondes qui s’entrechoquent, échangent leurs particules, chantent l’hybridité neuronale. Mélange de sons chauds, de sons froids, de présences et d’absences, de sons diurnes et de sons nocturnes, de vitesses qui rivalisent, se neutralisent. Agitation de sons usés à la mémoire fatiguée, sur le point de disjoncter. Dance floor mutant, corrosif, pour jungle urbaine en décomposition, poisseuse, étouffante, aux proliférations (béton, métal, plastiques, chair, implants, déchets) incontrôlables. Remarquable design sonore par trois pointures en parfaite complicité sur un label qui reste une référence (for4ears) (PH). Un texte de Günter Müller. Discographie:  de Günter Müller , Jason Kahn,  Norbert Möslang.

mkm2

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s