Papiers bien torchés

Pascal Battus/ Alfredo Costa Monteiro, Ductile, UB2411

 

C’est la trace sonore, l’empreinte d’une performance live visuelle, les gestes, les attitudes, les objets étant essentiels. Les deux musiciens manipulent du papier et des micros. Lors de la prestation, le visuel primait certainement, le regard attirait l’attention en premier, le son arrivait ensuite, engendré dans un second temps, une conséquence des gesticulations/manipulations. Quand il m’arrive à l’oreille ainsi, détaché des mouvements physiques, s’éloignant de sa source et traversant l’espace, il me paraît très plastique (dans le sens « plasticité du cerveau », j’y pense d’emblée, comme si s’approchait une escadre de cervelles chiffonées comme des boules de papiers journaux). C’est un volume. De la forme donc d’un cerveau où s’agiterait un ballet de ratures enchevêtrées. Pas un, deux ni une dizaine, ni des centaines, mais des millions et des milliards de ratures, un infini, un trop plein céleste, toutes les ratures et raclures de mots du monde et de tous les temps. Un cerveau remplit de papier. Toutes les pages lues, annotées, soulignées, sculptées dans la matière grise. Un cerveau qui mâche ce planton de papier, ce texte de fragments heurtés, où il y a myriades de désaccords, départages brutaux, interruptions, corrections, bifurcations. Des océans, des cieux, des enfers de papiers incorporés dans la matière grise, des membranes infinies de textes enroulées, microscopiques, dans toutes les cellules. Le travail de mémoire, de saisir des idées, de formuler, de penser, entraînant ce boucan de parchemins, comme un glacier en train de racler la roche cérébrale dans sa descente vers la conscience. Bruissement amplifié, brouillard crissant de cicatrices, musique de plis et déplis. Boucan pas si papier que ça, au demeurant, plutôt dématérialisé comme on dit, boucan de circuits électroniques crépitant. Composants numériques qui chauffent. La vie comme un millefeuille plein de secrets, fouillée et violée au micro. Ces sons brassés évoquent un « touché », celui qui consiste à palper, gratter les signes, les marques qui encrent les pages, les feuilles, les papiers, comme une démangeaison. Les micros vont aussi capter les grandes respirations qui circulent dans ces entrailles de feuilles lettrée, de torches textuelles. Musique de gouffres.

Il s’agit de musique « confidentielle », de CD à tirage très limité. Est-ce pour autant une production élitiste? Ce sont des oeuvres indispensables pour comprendre les musiques actuelles, comment elles interrogent leurs limites. Sans oeuvres scrutant les limites avec la non-musique, les autres musiques qui s’en tamponnent n’uaraient aucun sens, et la musique, comme concept global adapté à une époque, serait impensable. Le rôle d’une médiathèque (en tant que prêt public et dispostif de médiation) est bien de suivre ces artistes, de les présenter, de les conserver dans un patrimoine public en leur conférant de la sorte une légitimité sociale.

 

Publicités

3 réponses à “Papiers bien torchés

  1. Il est très important de suivre ces artistes pour leur permettre de présenter leurs oeuvres. Nous vivons aussi dans une ère où il est très difficile de s’imposer comme musicien. Comment faire mieux que les artistes des années « soixante » ou autres qui ont posé les premières pierres de la musique actuelle? Il est donc important de les suivre car ils proposent un genre nouveau et pour reprendre l’expression citée dans l’article, « Ce sont des oeuvres indispensables pour comprendre les musiques actuelles ».

  2. Pingback: Vacarmes d’écritures. (Papiers bien torchés/2) « Comment c’est !?

  3. Pingback: pascal battus, alfredo costa monteiro – ductile | organized music from thessaloniki

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s