Foules photohygiéniques

Beat Streuli, 29 juin au 19 octobre 2008, MAC’s

Le suisse Beat Streuli installe son travail photographique sur les foules dans les salles du MAC’s. Le schéma des salles d’exposition avec l’implantation des oeuvres, dans le « Guide du visiteur » (1€), m’a évoqué le plan d’une série de grottes avec les mentions de peintures rupestres identifiées sur diverses parois. C’est un peu dans cet esprit, il me semble, que l’artiste projette dans l’espace muséal ses fresques de déambulations urbaines ininterrompues, pour les fixer dans un lieu de contemplation, d’analyse. (Voire de conjuration ?) Le procédé consiste à mitrailler au téléobjectif les passants d’une rue commerçante, d’un carrefour. La foule criblée de l’intérieur à l’insu des individus. Les images sont d’une grande qualité technique, lumineuses et nettes, presque hyper réalistes. Aucun détail n’échappe. Cela ressemble avant tout à un travail documentaire, pour alimenter des recherches ethnologiques sur les lieux de passage, étudier les comportements dans les espaces de transit, répertorier les gestes, les mimiques, les attributs, l’usage des sacs en plastique, les manières d’attendre assis par terre dans une gare. À moins que ce ne soit pour chercher des indices, mais de quoi !? Il n’y a pas d’interprétation, l’esthétique relève plutôt d’une objectivité froide. (La référence à Bernd et Hilla Becher est avancée par certains, mais je n’y aurais pas pensé : la mise au point du procédé objectif dans la démarche des Becher m’a toujours paru très chargée d’intentions et de critiques. Ce que je ne ressens pas ici : voici un matériau à votre disposition, faites-en ce que vous voulez. La preuve que la foule est belle ? OK. La démonstration qu’elle égare la personnalité ? Comme vous voulez.) Le travail de sélection des clichés et leur montage est important : que ce soit pour les assembler en « papier peint » (grands formats imprimés à jet d’encre recouvrant trois murs de la première salle ou l’immense paroi de la « salle pont ») ou pour effectuer les projections audiovisuelles : plusieurs écrans diffusant les images selon des rythmes parallèles, légèrement décalés, en concordance ou non. Le rythme joue avec le déplacement des personnages, les couleurs (vêtements, gros plans sur les véhicules, messages publicitaires), et l’hyper réalisme évoque parfois, dans sa déconstruction/reconstruction par le rythme couleurs/formes, des représentations figuratives sommaires décortiquant le mouvement global de l’ensemble du troupeau capturé par l’œil. Installation et confrontation qui culminent dans la dernière salle avec trois grands écrans où défilent les visages des gens dans la Rue Neuve (Bruxelles). Au début, je prête attention à chaque figure, comme pour en retenir la personnalité, j’enregistre les caractéristiques vestimentaires, j’essaie de noter les manières de se mouvoir. Ensuite, je me dis que c’est un bon document visuel pour examiner la consistance multiethnique de la population. Après un certain temps, qu’il s’agisse d’une femme, blonde ou voilée, jeune ou âgée, d’un rappeur balaise, d’un caïd tatoué ou d’un fonctionnaire égaré, les regards sont semblables, comme inexpressifs, impersonnels, en retrait, évitant d’accrocher et d’être accrochés. Personne ne se touche comme dans un banc de poissons bien orchestré. Et ce qui éclate alors sur ces trois écrans est bien la puissance dépersonnalisante de la foule. Mitraillée au téléobjectif implacable, anthropologie visuelle de l’anonymat. Et donc un certain malaise, inattendu, où le parti pris objectif dérive (malgré lui?) vers une esthétisation  double tranchant de « l’effet de masse » étudié par Canettidans (entre autres) dans son ouvrage « Masse et puissance » (tiens donc). Foule photogénique, foule hygiénique (malgré elle!).

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s