Chocolat: amertume et volupté

Chocolat Billy, P’tit Faystival (Petit-Fays, Belgique), 12 juillet 2008

 

 

 

 

 

 

 

Toutes les Ardentes du monde ne m’auraient pas offert un concert de Chocolat Billy (Potagers natures)! J’aime le genre de relation que le groupe instaure entre musiciens, musiques, scène, public: quelque chose qui se fabrique sur le vif, avec plein de peaux de bananes (c’est sans doute les effets peaux de banane qui font musique). Pas un show tout fait, nickel, reproduit à chaque prestation et balancé à la face de la salle. Une matière brute est jetée, déversée des instruments chevillés aux corps des musiciens, s’agit de la battre tant qu’elle chaude, l’émulsionner, la faire changer d’états et de couleurs autant de fois que possible, avant qu’elle ne retombe. Un écheveau très agité dans lequel chaque membre fouille, pioche, avec frénésie. Qu’est-ce qu’ils font, comment ça marche, où vont-ils, le savent-ils? Est-ce que toute cette énergie a un sens? Quand ça démarre convulsif, toutes les questions sont ouvertes, comme les propositions musicales. (C’est sans doute ça qui sollicite une participation active d’un public, plus que les chanteurs qui font taper dans les mains et reprendre en choeur.) Faut trouver le fil, enfin, un fil, en vitesse, et s’y accrocher. Le concert alterne des moments de répétition (ils travaillent des pistes, expérimentent, cherchent de nouveaux morceaux) et de reprises (nouvelles versions de morceaux mieux assimilés, auxquels toutes les répétitions ont donné une consistance dense et bouillonnante, couche après couche). Les quatre sur scène, surtout perturbé par le plus excité (guitariste), pratiquent l’instabilité. En toute urgence. On se jette à l’eau, on se débat pour trouver des solutions. Cette puissante instabilité, comme principe de construction, dégage une profonde amertume qui fait du bien. Amertume du chocolat brut qui excite les sens, stimule les neurones, attirance mystérieuse. Les instruments circulent, s’échangent. Le rock est mis en pièces, on bricole pour recomposer, de bric et de broc, un moteur à explosions. C’est reparti. Après ou entre des errements réjouissants, le groupe s’engouffre dans leur répertoire plus construit, abouti, des sortes de mur du son, prodigieux parce que pas statiques, pas dressés comme une frontière ultime, forcément négative. Leurs murs ruissellent et sont recouverts de végétations délirantes et dansantes. Déluges de décibels qui tournoient comme des tourbillons de claques. Fusion sonique entre dance et déconstruction radicale. Des sortes d’antinomies annihilées, résolues dans une musique qui ne permet pas de rester en place, il faut se laisser soulever et exulter. Même plan avec cette rencontre entre une noise bodybuildée puis ravagée et les traits dansants et sensuels du soukous. C’est la volupté fouettée d’une trouvaille. Très excitant et en même temps plus ouvert, plus intelligent, plus critique que les manières plus conventionnelles d’exploiter les rythmes africains. La générosité, la créativité et l’énergie par le bordel organisé font penser à the Ex. Mais avec un son, des résultats très différents, personnels.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publicités

4 réponses à “Chocolat: amertume et volupté

  1. en concert le 7 novembre 2008 au [Schip], rue des mariniers à Molenbeek avec, en première partie, Les Terrils
    [cf. autre sujet sur ce blog, posté vers début août ’08]

  2. Pingback: - retour vers le futur (15.1): chocolat billy au {schip} (07.11.08) « globe glauber et la médiathèque

  3. Pingback: - retour vers le futur (15.2): chocolat billy au {schip} (07.11.08) « globe glauber et la médiathèque

  4. Pingback: Les concerts à la maison font la nique aux programmateurs institutionnels « Comment c’est !?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s